Énergie thermique des mers : nouveau projet à Hawaï - L'EnerGeek Énergie thermique des mers : nouveau projet à Hawaï - L'EnerGeek

Énergie thermique des mers : nouveau projet à Hawaï

Fonctionnement de l'énergie thermique des mers - Robby BerLa semaine dernière, la société américaine Makai Ocean Engineering Inc. a officiellement mis en service sa centrale à énergie thermique des mers à Hawaï. La centrale onshore en est encore à une phase expérimentale et ne produira que 100 kilowatts d’électricité dans un premier temps, de quoi alimenter 120 foyers pendant un an. Cela en fait tout de même la plus importante centrale de ce type au monde. Elle servira de test avant de lancer d’autres projets de plus en plus grande envergure et la société aimerait, à terme, être capable d’alimenter 120.000 foyers avec cette technologie encore peu exploitée.  

La technologie utilisée par cette nouvelle centrale, appelée OTEC en anglais (pour « Ocean Thermal Energy Conversion ») est connue depuis 1881 et les travaux du physicien français Arsène d’Arsonval. Mais son application technique est – aujourd’hui encore – assez difficile à mettre en œuvre. Il s’agit d’une méthode particulièrement intéressante car elle fournit une énergie propre et renouvelable. Elle n’est toutefois exploitable que dans certaines zones bien spécifiques du globe dans la mesure où elle nécessite une température de l’eau en surface d’au moins 25 degrés et des fonds atteignant au moins 1.000 mètres de profondeur.

La centrale installée par l’entreprise Makai à Hawaï est une centrale ETM fonctionnant en cycle fermé. Elle utilise de l’ammoniac, une molécule ayant la particularité d’avoir une température de vaporisation (passage de l’état liquide à gazeux) faible. L’eau chaude de surface est pompée pour faire s’évaporer l’ammoniac placé dans un circuit fermé. Le gaz actionne alors une turbine qui produit de l’électricité avant d’entrer dans un conduit de refroidissement utilisant les eaux froides pompées en profondeur pour le liquéfier et le faire revenir sous forme liquide à son point d’origine et ainsi reproduire le même cycle continuellement.

Pour l’instant, la centrale est située sur la terre ferme et, bien qu’elle soit la plus grande de ce type jamais construite, elle ne produit encore que 100 kilowatts d’électricité. Makai espère rapidement étendre son installation en offshore et ainsi multiplier la production. Son objectif, à terme : alimenter quelque 120.000 foyers.

Le gouverneur de l’île David Ige a tenu à souligner que cette centrale marquait surtout un premier pas important pour la technologie ETM, qui permettra d’accélérer son utilisation dans les autres régions de la planète.

Cette centrale n’est pas la seule technologie prometteuse expérimentée à Hawaï. L’île est également l’hôte de la première centrale électrique fonctionnant grâce à l’énergie produites par les vagues.

Crédit photo : Robby Ber

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 23 Jan 2014
Les appels d'offres lancés par le gouvernement français dans le secteur de l'éolien en mer ont une double vocation. Une vocation énergétique, en raison du virage écologique dans lequel est engagé la France : il s'agit de développer les énergies…
mar 28 Fév 2017
En France, le marché des véhicules électriques peine encore à s’imposer, surtout auprès des particuliers. Parmi les principaux freins à ce développement, la question du manque de bornes de recharge arrive en tête de liste. Pour développer le réseau, plusieurs…
mar 10 Juin 2014
L'électricien français EDF a officialisé mercredi 4 juin la commande de deux turbines hydroliennes auprès du groupe français DCNS. C'est via sa filiale OpenHydro que ce constructeur naval, également spécialisé dans le secteur de l'énergie, fournira ces deux turbines à…
jeu 12 Déc 2013
 Le plus grand parc éolien d’Afrique subsaharienne a été inauguré en octobre dernier en Éthiopie, à Ashegoda dans le nord du pays. D’une puissance installée de 120 MW, l'installation permet de fournir de l'électricité à près d'un million de foyers.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *