La plus grosse batterie de France installée dans l’Aube - L'EnerGeek

La plus grosse batterie de France installée dans l’Aube

Éoliennes et champ de colza en fleur - OlympiLes énergies renouvelables sont souvent critiquées pour l’intermittence de leur production : pour pallier ce problème, les expérimentations de stockage de l’électricité se multiplient. Dans l’Aube, la plus grosse batterie de France métropolitaine, baptisée Venteea, vient d’être installée par une association de huit industriels de l’énergie et connectée à deux parcs éoliens de 6 et 12 MW. Cette batterie sera en mesure de stocker 1,3 MWh d’énergie.

En 2011, le gouvernement français a lancé un Appel à Manifestation d’Interêt du programme « Réseaux Electriques Intelligents », en partenariat avec l’ADEME. En juin 2012, le projet Venteea a été retenu pour une durée de trois ans. Il vise, entre autres, à mettre au point un démonstrateur pour mieux insérer l’électricité verte sur le réseau électrique et ainsi favoriser le développement des énergies renouvelables.

Le projet Venteea est porté par huit partenaires industriels (ERDF, Saft, Schneider Electric, General Electric, EDF R&D, Boralex, RTE et Made) et deux structures universitaires (l’Université de Technologie de Troyes et le Laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance (L2EP) de Lille).

C’est dans le cadre de ce projet que la plus grande batterie de France vient d’être installée et connectée dans l’Aube à deux parcs éoliens d’une puissance de 6 et de 12 MW situés au Sud de Troyes.

Cette batterie lithium de type « Intensium » max 2MW/1,3MWh a été mise au point par Saft et associée à l’Energy Storage Box de Schneider Electric. Ce démonstrateur a coûté 23 millions d’euros, en partie financés par l’ADEME.

Au-delà de stocker l’énergie et donc de mieux répondre à la demande, cette batterie a la faculté de lisser l’approvisionnement électrique et de gérer les variations grâce à un système de pilotage intelligent par informatique qui permet à la batterie de communiquer directement avec le réseau électrique. Ce système intelligent, qui s’appuie notamment sur des prévisions de production de la veille pour le lendemain en fonction des conditions météo,  permet de limiter les effets négatifs de l’intermittence sur le réseau (hausse de la tension, pertes en ligne…) .

Ce genre d’expérimentations doit permettre de contribuer à la hausse de la part des énergies renouvelables intermittentes dans la consommation française d’énergie (celle-ci doit atteindre 32% en 2050) mais aussi à la conversion de notre réseau en « smart grid ».

Crédit photo : Olympi

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 6 Fév 2017
Patrick Pouyanné, le président du groupe Total, a laissé entendre, à l'occasion du colloque annuel du Syndicat des énergies renouvelables organisé la semaine dernière, que son groupe pourrait désormais s'engager dan le secteur de la mobilité électrique. Le géant pétrolier…
lun 6 Fév 2017
Dans un nouveau rapport sur l'indépendance des réseaux d'énergie en France dont les conclusions ont été détaillées le 3 janvier dernier, la Commission de régulation de l'énergie a salué les efforts entrepris par les distributeurs d'électricité (Enedis) et de gaz (GRDF)…
ven 3 Fév 2017
L'énergéticien EDF a annoncé mercredi 1er février avoir finalisé la cession de la totalité du capital de sa filiale hongroise, Démasz, à l'entreprise publique Enksz, suite au feu vert des autorités compétentes. Le groupe français poursuit ainsi son plan stratégique…
jeu 2 Fév 2017
Dotée d'un budget de 823,1 millions d'euros, auquel s'ajoutent 185 millions d'euros du FART (prime d'État qui complète le financement de l'Anah), l'Agence nationale de l'habitat a pour objectif de rénover près de 127.000 logements en 2017, dont 100.000 via…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *