Nucléaire et EnR : Prague vise un mix décarboné à 75% d'ici 2040 - L'EnerGeek

Nucléaire et EnR : Prague vise un mix décarboné à 75% d’ici 2040

centrale_Dukovany_photo_Petr AdamekLa République tchèque envisage bien de déployer quatre nouveaux réacteurs nucléaires au cours des prochaines années. C’est ce qu’a annoncé samedi 23 mai Bohuslav Sobotka, Premier ministre de ce pays d’Europe centrale, au cours d’une visite officielle sur le site nucléaire de Dukovany.

L’annonce de M. Sobotka confirme donc les dires d’Andrej Babis, ministre des Finances, qui avait indiqué que la première de ces nouvelles tranches verra le jour au cœur de la centrale nucléaire de Dukovany, la plus ancienne du pays. L’appel d’offres qui encadrera sa construction pourrait être lancé d’ici à la fin de l’année 2016.

La République tchèque compte actuellement deux centrales exploitées par l’énergéticien CEZ : la centrale de Dukovany, construite en 1974 et qui se compose de 4 réacteurs de 510 MW de puissance unitaire, ainsi que la centrale de Temelin, construite en 1981 et qui se compose de 2 réacteurs de 1.050 MW. Ces deux installations permettent de répondre à plus d’un tiers des besoins du pays en électricité.

Aucune précision n’a été donnée en ce qui concerne l’appel d’offres qui encadrera le déploiement des 3 autres réacteurs nucléaires. Le Premier ministre tchèque a cependant indiqué qu’une réunion se tiendra le 3 juin prochain. Cette dernière sera l’occasion pour le gouvernement tchèque de se pencher sur les questions relatives au développement du nucléaire et au financement du nouveau plan énergétique.

Ce dernier, validé lundi 18 mai, encadrera l’évolution du mix électrique de la République tchèque jusqu’à l’horizon 2040. Une feuille de route qui vise notamment à développer un modèle énergétique plus respectueux de l’environnement : faiblement carboné, il devrait fortement s’appuyer sur l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables.

« Selon les estimations, le mix énergétique dans la production d’électricité en 2040 se composera du combustible nucléaire entre 46 et 58%, des énergies renouvelables entre 18 et 25%, du gaz naturel entre 5 et 15% et de houille et de lignite entre 11 et 21% », a expliqué Jan Mládek, ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce.

Crédit photo : Petr Adamek

Rédigé par : arthur-leroy

ven 8 Mar 2013
Le coût de la transition énergétique fait débat en Allemagne. Fin février, le ministre  de l’Environnement, Peter Altmaier, a prévenu que la sortie du nucléaire pourrait coûter 1.000 milliards d’euros au pays sur les deux prochaines décennies. Une explosion des…
mar 12 Mai 2015
Dans le cadre de son programme national de rénovation et de modernisation de ses aménagements hydrauliques, l'Unité de production Sud-Ouest du groupe EDF investit massivement depuis plusieurs années afin d'optimiser les performances techniques de ses centres de production hydroélectrique pyrénéens.…
mer 16 Mar 2016
A l’occasion du cinquième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, le Premier ministre japonnais, Shinzo Abe, a rappelé son attachement à l’énergie nucléaire. Alors que deux réacteurs ont déjà été relancés, l’archipel compte effectivement sur l’atome afin de réduire ses…
mer 17 Avr 2013
Après un hiver très enneigé, la fonte du manteau neigeux accroît le risque de crue dans les régions montagneuses. Mais ce phénomène annuel est particulièrement anticipé par les installations hydrauliques. En ce début de printemps, la question de la fonte…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *