Radioactivité et médecine : les atouts d'une science maîtrisée - L'EnerGeek

Radioactivité et médecine : les atouts d’une science maîtrisée

Martin_Schlumberger_photo_CSEE_EDF

En tant que phénomène naturel, la radioactivité fait partie de notre quotidien et représente de nos jours plus de 60 % de notre exposition via le soleil ou notre alimentation par exemple. Une exposition à laquelle s’ajoute une exposition artificielle résultant des nombreuses applications des rayonnements ionisants dans la médecine moderne. En effet, outre la production d’électricité, la radioactivité est exploitée en médecine, et présente de réels bénéfices dans de nombreux domaines comme la radiothérapie, le diagnostique ou l’imagerie. Une technologie détaillée par le Pr Martin Schlumberger à l’antenne de la Webtv « Radioactivité et Santé : et si on en parlait ».

Invité à s’exprimer sur la webtv du Conseil Scientifique Santé et Energie d’EDF « Radioactivité et Santé : et si on en parlait », le Professeur Martin Schlumberger, chef du service de médecine nucléaire à l’hôpital Gustave Roussy (Villejuif) rappelle les avantages médicaux des rayonnements ionisants à la fois pour diagnostiquer et soigner les patients atteints de tumeurs cancéreuses.

La radiothérapie tout d’abord, permet via l’utilisation d’isotopes radioactifs (l’iode 131 ou le radium 223 par exemple), de traiter des maladies thyroïdiennes ou des métastases osseuses résultants de cancers, sans pour autant présenter le moindre risque pour la santé des patients. « Il existe tout un éventail d’isotopes radioactifs utilisés en médecine, la question est de savoir s’ils sont dangereux ? La réponse est non, s’ils étaient dangereux et s’ils mettaient la vie des patients auxquels ils sont injectés, ils ne seraient pas utilisés », affirme le Pr Schlumberger.

Parallèlement, les rayonnements ionisants utilisés en radiologie ont déjà permis le diagnostic de millions de patients et les perspectives d’évolution technologique de cette discipline sont aujourd’hui considérables.

Le Pr Martin Schlumberger estime en effet que ces techniques d’imagerie médicale permettront à terme d’obtenir toutes les informations sur la tumeur traitée sans aucune intervention ni acte chirurgical agressif. Comme il l’explique lui-même, « ce que l’on espère à terme, c’est d’avoir des imageries fonctionnelles, capables d’explorer les propriétés des tumeurs in vivo chez le malade. Explorer le malade grâce à l’injection de traceurs spécifiques sans faire de biopsie ou de chirurgie permettrait ainsi étudier les propriétés de la tumeur et de ses métastases dans l’organisme lui-même, en évitant tout acte agressif. Il faut pour cela trouver des supports financiers, des laboratoires ou des industriels qui développent ces traceurs radioactifs ainsi que les machines avec lesquelles travailler ».

Pour rappel, la web Tv du Conseil Scientifique Santé et Energies d’EDF est un nouveau média entièrement dédié à l’information du public et permet la diffusion de documentaires, de reportages ou d’interviews offrant des explications précises et accessibles sur les enjeux scientifiques de la radioactivité et les principes fondamentaux de la radioprotection.

Crédits photo : Conseil Scientifique Santé et Energies

Rédigé par : arthur-leroy

mer 25 Juin 2014
Alors que le dossier Alstom monopolisait l'actualité économique depuis déjà plusieurs mois, le gouvernement s'est finalement prononcé en faveur d'une alliance entre la société française Alstom spécialisée dans l'énergie et les transports et le conglomérat américano-canadien General Electric. Un accord…
L’OCDE vient de publier ses « examens environnementaux », dans lesquels une partie entière est consacrée aux objectifs de la France. D’après les experts de l’organisation internationale, qui se sont intéressés aux politiques publiques appliquées au cours des dix dernières…
lun 8 Sep 2014
Le groupe nucléaire français a annoncé officiellement ce samedi 6 septembre 2014 avoir remporté un contrat de 300 millions d'euros avec le groupe sud-africain Eskom concernant l'installation de nouveaux générateurs de vapeur dans les réacteurs de la centrale de Koeberg située…
mer 3 Juil 2013
Dans un courrier adressé à EDF, l’ASN a indiqué à l’exploitant des centrales nucléaires françaises que la démarche entreprise par l’électricien français pour  obtenir l’autorisation de prolongation de l’exploitation des centrales au-delà de 40 ans était « globalement satisfaisante ». En 2009,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *