Guyane : la production électrique s’essoufle - L'EnerGeek

Guyane : la production électrique s’essoufle

Degrad-des-cannes_photo Didwin973Le directeur régional d’EDF en Guyane, Philippe Biava, tire la sonnette d’alarme face à une pénurie de production d’électricité qui se profile dans les 5 à 10 ans. Une situation inédite sur le sol guyanais, générée par différents facteurs, entre mise aux normes des dispositifs actuels, transition énergétique et évolution démographique.

Le constat est sans appel : « on est arrivé au bout du système énergétique » assure Philippe Biava. Le directeur régional de la firme française souhaite préparer l’avenir dès maintenant face à une pénurie annoncée dans les 5 à 10 ans, et interpeller les décideurs locaux et nationaux afin de pallier ce qui s’annonce comme une crise énergétique pour le département d’outre-mer.

Philippe Biava cible en premier lieu l’arrêt progressif de de la centrale thermique de Dégrad-des-Cannes. La centrale thermique quelque peu dépassée par les nouvelles normes environnementales, verra son activité diminuée jusqu’à 2020, pour une cessation complète d’activité trois ans plus tard. Privée de ses 72 mégawatts, la Guyane sera alors amputée d’un tiers de sa production électrique.

Philippe Biava, à la tête de direction régionale d’EDF depuis quatre ans, évoque en terme de perspectives le développement des énergies renouvelables comme la biomasse (centrales à bois) ou le solaire. En attendant une ligne énergétique fixe, la Guyane doit se contenter des dernières heures de la centrale de Dégrad-des-Cannes, de la production du barrage de Petit-Saut et de celle des turbines à combustion et groupes électrogènes, ces derniers étant peu respectueux de l’environnement ; sans compter le fait que les énergies fossiles importées coûtent cher.

Une tendance en opposition avec l’évolution régionale qui, de par son augmentation démographique, voit croître ses besoins en électricité de 3 à 3.5% par an. De plus, certaines infrastructures en projet promettent un bond des besoins énergétiques en électricité. Le futur hôpital de Saint-Laurent du Maroni, prévu pour 2017-2018, fera ainsi augmenter à lui seul la consommation électrique de 5 à 6%.

Avec en moyenne cinq années pour construire une centrale thermique plus moderne et une quinzaine pour un nouveau barrage, le directeur régional d’EDF estime que des choix énergétiques doivent être pris dès cette année pour éviter une pénurie énergétique. La Guyane doit donc selon lui se positionner rapidement et élaborer cette année un PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie sur 5 ans) qui définira les orientations énergétiques à venir entre l’Etat et la région.

Crédit photo : Didwin973

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Déc 2016
Deux ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia, filiale exclusive du fournisseur d'électricité EDF spécialisée dans les services énergétiques, poursuit son développement sur la scène internationale. Elle vient d'annoncer le 14 décembre dernier l'acquisition…
lun 10 Juil 2017
Décidément, les effets d’annonce en faveur des véhicules propres et de la mobilité durable se multiplient en ce début d’été. Après le groupe suédois Volvo qui annonçait cette semaine sa volonté de ne lancer plus que des véhicules électriques ou…
ven 29 Jan 2016
A partir du mois de mai 2016, la Commission de régulation de l'énergie, autorité administrative indépendante, sera compétente pour fixer les tarifs réglementés de l'électricité appliqués aux clients particuliers.  (suite…)
mer 5 Fév 2014
L’électricité en Belgique est l’une des plus chères en Europe. Le prix moyen du mégawattheure (MWh) atteint les 217,3 euros, selon les chiffres d’Eurostat du 1er semestre 2013. Ces tarifs élevés sont liés aux coûts de distribution, les deuxièmes plus importants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *