Sûreté nucléaire : une fuite simulée à la centrale du Tricastin - L'EnerGeek

Sûreté nucléaire : une fuite simulée à la centrale du Tricastin

tricastin_photoEDFQue se passerait-il si la centrale nucléaire de Tricastin se retrouvait dépourvue d’alimentation électrique ? Comment réagiraient les réacteurs nucléaires s’ils étaient basculés en urgence sur le système de secours secondaire d’alimentation ? Comment les équipes d’EDF géreraient-elles une brèche sur le générateur vapeur ? Ou si une fuite d’eau radioactive était détectée ? Voilà une partie des problèmes auxquels ont dû faire face les employés de l’usine EDF du Tricastin pendant un exercice de sureté nucléaire qui a duré 10 heures, mardi 18 novembre.

Tous les 5 ans, chaque installation nucléaire française est soumise à un exercice de crise qui vise à tester le protocole opérationnel prévu en cas d’incident. Grâce à un simulateur, une réplique en tout point exact à l’ordinateur qui se trouve dans la salle de commande d’un véritable réacteur nucléaire, EDF confronte ses ingénieurs et chefs d’exploitation à des manœuvres de crise et des situations d’urgence.

Ce mardi 18 novembre, le scénario catastrophe secret (concocté par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) était basé sur une fuite de produits radioactifs dû à une perte d’alimentation électrique sur le réseau principal de la centrale du Tricastin, située dans la basse vallée du Rhône.

L’opération fictive a ainsi mobilisée des centaines de personnes tout au long de la journée. D’abord le personnel de l’installation en difficulté. Afin d’assurer le refroidissement du réacteur, l’opérateur de la centrale a en effet décidé de déclencher un Plan d’Urgence Interne. Puis c’est au tour des pouvoir public d’être sollicités. Une cellule de crise fictive est ainsi mise en place en préfecture à Valence alors qu’un poste de commandement opérationnel (réunissant pompiers et gendarmes) est mobilisé à Montélimar.

Le personnel de la centrale du Tricastin, de la Préfecture, des communes limitrophes (22 communes riveraines mobilisées pour l’exercice), de l’Autorité de Sûreté Nucléaire et de la direction d’EDF ont ainsi participé à cet exercice. Un exercice éprouvant mais qui sert à tester les plans d’intervention d’urgence, prévus en cas d’incident nucléaire.

Et si un avion venait à s’écraser sur le site nucléaire d’Areva, à Marcoule  ? C’est à cette situation, fictive mais extrême, que devra faire face l’opérateur du site gardois le 16 décembre prochain, lors du 12ème scénario de crise organisé au cœur de cette usine qui fabrique des assemblages de combustibles recyclés.

Crédit photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 8 Nov 2016
Alors que les prix de l’électricité augmentent, la Commission de régulation de l’énergie propose de modifier le code de l’énergie afin de faire évoluer l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh). En posant de nouvelles conditions aux fournisseurs (acheteurs), elle…
jeu 10 Oct 2013
Le déplacement d’Arnaud Montebourg en Turquie n’a pas seulement vocation à réchauffer les relations entre la France et la Turquie, tendues depuis ces dernières années, d’une part en raison du refus d’Ankara de reconnaître le génocide arménien, d’autre part car la France…
ven 23 Mai 2014
Les négociations se poursuivent dans le dossier Alstom et à l’heure où le ministre de l’Economie vient d’annoncer un possible plan C de rachat d’origine française (après les offres de General Electric et de Siemens),  le débat sur la cession…
mar 22 Mar 2016
Le marché des déchets nucléaires continue d’accueillir de nouveaux acteurs ambitieux. Après Véolia, c’est au tour de l’entreprise Séché de se positionner sur les futurs contrats de l’industrie nucléaire européenne. (suite…)

COMMENTAIRES

  • Bonjour,

    Il est regrettable de voir que la photo en place n’est pas celle de Tricastin comme indiqué dans la légende mais celle de Cruas-Meysse, plus au nord.
    A 50km près, on pourrait dire que c’est peu, mais cela interroge sur la fiabilité des autres informations données.

    Bonne continuation.

    Mathieu

    Répondre
  • Bonjour,

    Il est regrettable de voir que la photo en place n’est pas celle de la centrale EDF du Tricastin comme indiqué dans la légende mais celle des Aéroréfrigérents appartenant à Areva George Besse 1 (aujourd’hui hors service depuis 2 ans et demi).

    Bonne continuation.

    John

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *