Energies marines : l'état dote 6 projets de 33 millions € - L'EnerGeek

Energies marines : l’état dote 6 projets de 33 millions €

SEA REED - DCNSSégolène Royal et Emmanuel Macron ont dévoilé mercredi 22 octobre 2014 les quatre nouveaux lauréats d’un appel à manifestation d’intérêts lancé dans le but de développer une filière française des énergies renouvelables marines innovante et performante.

Mis en place par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) en 2013, cet appel à manifestation d’intérêt avait déjà sélectionné deux projets en avril 2014. En présentant quatre nouveaux projets, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et le ministre de l’économie Emmanuel Macron, portent à six le nombre de projets soutenus par l’Etat dans le cadre de cet AMI et cherchent à mettre à profit, pour la transition énergétique, les 11 millions de km2 de surface maritime de la France.

Les six projets retenus touchent à une large palette d’énergies marines renouvelables en s’attelant à développer la fiabilité, l’efficacité et la compétitivité de l’énergie hydrolienne marine, de l’éolien flottant et de l’énergie thermique des mers.

L’énergie hydrolienne marine est au cœur des projets Prismer et Pile & Tide, sélectionnés en avril, tandis que les développeurs du projet SeaTC ont choisi de travailler sur l’amélioration des connexions sous-marines entre les générateurs offshore et les raccordements aux réseau électriques terrestres.

De leur côté, les projets OCEAGEN et SEA REED cherchent tous les deux à développer l’éolien flottant. Le premier s’attaque à la réduction des coûts de cette technologie en développant à l’échelle réelle et industrielle une fondation flottante en béton. Le deuxième, spécialisé dans les fermes éoliennes offshore flottantes installés en zones maritimes éloignées et profondes, veut créer « une solution d’éolienne flottante semi-submersible industrialisable et compétitive. »

Finalement, le projet MARLIN œuvre au développement technologique de l’énergie thermique des mers (ETM) dans le but d’arriver, à terme, à produire des centrales ETM en série. Le cœur du travail de MERLIN porte sur les conduites d’eau profondes et les échangeurs thermiques.

Le montant total d’investissement de ces six projets frôle les 94 millions d’euros, dont 33,3 millions seront attribués par le gouvernement dans le cadre du Programme d’Investissements d’avenir. Selon les mots conjoints des ministères de l’Ecologie et de l’Economie, cet investissement « contribue à faire des énergies marines une filière industrielle émergente stratégique pour la France. »

Crédits photo : DCNS

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 17 Juil 2014
Le rapport de la Commission wallonne pour l'Énergie (CWaPE) indique que la production d’énergies vertes en Wallonie a enregistré une hausse de 4% entre 2012 et 2013. La région a ainsi produit 4.620 GWh d’électricité verte sur l’année 2013. Bien…
ven 22 Déc 2017
Interviewé sur France 2 dimanche 17 décembre dernier, quelques jours seulement après le Sommet de Paris pour le climat, le Président de la République Emmanuel Macron a rappelé la complémentarité des énergies renouvelables et nucléaire dans la lutte contre le…
jeu 16 Nov 2017
Depuis l’avènement de l’ère digitale, les besoins en électricité des firmes informatiques n’ont fait que croître. Et si les bureaux des entreprises et leurs différentes infrastructures représentent un pôle important des dépenses en énergie, ce n’est rien en comparaison des…
mar 17 Oct 2017
En France, 41 % des capacités de production d’énergies renouvelables sont d’origine solaire ou éolienne. Mais le chemin est encore long avant de pouvoir répondre à l’engagement d’atteindre 40 % de production d’électricité de source renouvelable en 2030. Pour rappel,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *