Un nouveau partenariat nucléaire entre la Russie et l'Afrique du Sud - L'EnerGeek Un nouveau partenariat nucléaire entre la Russie et l'Afrique du Sud - L'EnerGeek

Un nouveau partenariat nucléaire entre la Russie et l’Afrique du Sud

Russie_Afrique_du_sud_nucléaireLa Russie a annoncé ce lundi 22 septembre 2014 via un communiqué de l’Agence russe de l’énergie atomique Rosatom, la signature d’un protocole d’accord avec l’Afrique du Sud dans le cadre d’une nouvelle coopération nucléaire entre les deux pays. Un collaboration qui prévoit notamment la livraison de huit réacteurs nucléaires d’ici 2023 et installe de ce fait la Russie comme partenaire privilégié du gouvernement sud africain dans le domaine de l’énergie nucléaire, au détriment du groupe français Areva.

« Entre 40 et 50 milliards de dollars« , c’est la valeur estimé du montant de l’accord annoncé par le directeur de Rosatom, Sergueï Kirienko, entre la Russie et l’Afrique du Sud. Un accord intergouvernemental qui confirme les ambitions élevées du gouvernement sud africain en matière d’énergie nucléaire et qui devrait se transformer prochainement en contrat pour la commande de huit réacteurs nucléaires.

Comme l’a déclaré la ministre sud-africaine de l’Énergie, Tina Joemat-Pettersson, « je suis convaincue que le partenariat avec la Russie permettra à l’Afrique du Sud de réaliser son ambitieux programme de création d’ici à 2030 de nouvelles centrales nucléaires sur la base d’une technologie moderne et fiable« .

L’Afrique du Sud compte en effet sur le développement de l’énergie nucléaire pour réduire sa dépendance au charbon et stabiliser l’approvisionnement du réseau électrique national, régulièrement saturé depuis plusieurs années. Le gouvernement prévoyait dans ce cadre la mise en service d’ici 2030, de 9.600 MW de puissance supplémentaire, ajoutés à l’unique centrale nucléaire existante actuellement.

Un marché prometteur sur lequel le groupe Areva, fournisseur de la centrale de Koeberg, tente de se positionner depuis 2008. Ce nouvel accord avec la Russie semble néanmoins sonner la fin des espoirs du groupe français.

Outre la mise en service de ces huit réacteurs, cette nouvelle collaboration nucléaire actée lors d’une conférence de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) à Vienne, prévoit également la construction d’infrastructures en Afrique du Sud et la formation de techniciens et scientifiques nucléaires dans les universités russes.

Crédits photo : Government ZA

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 25 Jan 2013
Un incident de niveau 1 sur l’échelle INES s’est déroulé dans la nuit de mardi à mercredi, à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. A minuit, un dégagement de fumée est détecté sur l’unité de production numéro 2. Ce dégagement était…
jeu 20 Avr 2017
Seulement quelques jours après avoir dévoilé les noms des entreprises présélectionnées dans le cadre d'un premier appel d'offres pour la réalisation d'une centrale solaire de 300 MW et d'un parc éolien de 400 MW, le ministre de l'Energie saoudien Khaled…
lun 14 Avr 2014
Publiées ce dimanche à Berlin, les conclusions des scientifiques du GIEC, groupe intergouvernemental d'experts sur le climat sont sans appel. Sans un changement de cap immédiat de la politique énergétique mondiale, il nous sera bientôt impossible de limiter le réchauffement…
jeu 19 Sep 2013
Le débat actuel sur la transition énergétique française semble ne pas laisser insensible l’ancien Président Nicolas Sarkozy. Malmenée par ceux qui veulent en faire un symbole du tournant énergétique, la filière nucléaire peut compter sur le soutien de Nicolas Sarkozy.…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *