Tunisie : les raisons du blackout électrique - L'EnerGeek Tunisie : les raisons du blackout électrique - L'EnerGeek

Tunisie : les raisons du blackout électrique

bougie_noir_black-out_photoMikykeuponSuite à la coupure quasi générale qui a frappé la Tunisie le dimanche 31 août 2014 dans l’après-midi aux alentours de 17h, le ministère de l’Industrie a publié un communiqué afin de donner quelques éclaircissements quant aux raisons d’un tel effondrement du réseau électrique tunisien. Des explications nécessaires pour une population qui s’interroge de plus en plus sur l’avenir d’un réseau électrique en difficulté depuis plusieurs années déjà.

 

[stextbox id= »info »]Une coupure d’électricité d’une ampleur inédite[/stextbox]

Et en effet, si les coupures de courant étaient jusqu’à présent assez fréquentes en Tunisie, jamais le pays n’avait connu un tel scénario, une coupure d’électricité d’envergure nationale de plus de deux heures, et parfois plus dans certaines régions.

Les principales villes du nord et du centre du pays ont été touchées, de la capitale Tunis aux cités touristiques d’Hammamet, de Monastir, de Nabeul, ou de Sousse. La panne a également été enregistrée à Tozeur dans le sud-ouest, et à Zarzis, Ben Arous ou Chebba dans l’est. A Tunis, la grande majorité des quartiers se sont retrouvés sans électricité comme à El Omrane, cité Jardin, Belvédère et la cité El Khadra.

Le courant aura finalement été rétabli dans la soirée de dimanche et aujourd’hui tout semble être rentré dans l’ordre. Toutefois, si l’approvisionnement fut rétabli dans des délais acceptables au regard de la situation, l’obscurité a laissé place à une incompréhension ambiante concernant les causes d’un telle défaillance du système et les possibilités qu’une telle panne se reproduise.

[stextbox id= »info »]Défaillance technique et effet domino[/stextbox]

La société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) se devait donc d’intervenir rapidement pour rassurer les usagers sur l’état du réseau et apporter une explication valable quant à cette panne exceptionnelle. Des explications détaillées dans un communiqué du ministère de l’Industrie et qui mettent en cause un problème technique rencontré par la centrale de Gannouche dans la commune de Gabès (Sud-est).

Une double défaillance technique engendrée à la fois par la coupure d’un câble au niveau de la distribution du courant de haute tension et l’avarie d’un disjoncteur.  Elle aurait provoqué l’arrêt de la centrale et la saturation du réseau national.  Comme le précise ce communiqué, « cette défaillance a causé une masse qui a provoqué l’arrêt automatique dans la station de production de Sousse et l’arrêt systématique des autres stations« .

En effet, les autres capacités de production du pays n’auraient pu dans ce cadre supporter le niveau de consommation important lié à l’utilisation massive de la climatisation en cette période estivale. L’arrêt automatique à l’origine du blackout a permis d’éviter une surcharge du réseau.

Une enquête complémentaire a toutefois été ordonnée par le chef du gouvernement Mehdi Jomaâ afin de déterminer les causes précises d’un tel problème technique et les moyens à mettre en place pour éviter qu’une telle coupure ne se reproduise.

Rappelons ici également que la STEG, qui tente de composer ces derniers mois avec un déficit considérable, avait déjà évoqué la possibilité que des pannes et des problèmes d’approvisionnement se produisent de manière récurrente dans l’avenir.

[stextbox id= »info »]Une volonté de mettre fin aux rumeurs[/stextbox]

Le gouvernement tunisien a également souhaité dans le cadre de cette déclaration officielle mettre un terme à certaines rumeurs en cours sur les raisons réelles de cette défaillance. Ainsi, le communiqué a clairement démenti les informations selon lesquelles, la coupure d’électricité pouvait être d’origine criminelle. Une éventualité qui avait été évoquée à postériori par certains membres du gouvernement indiquant que de sérieux risques terroristes pesaient actuellement sur la Tunisie.

D’autre part, le gouvernement précise également que cet incident n’a aucun rapport avec la menace de grève de la Fédération Générale de l’électricité et du Gaz. Les employés de la société tunisienne ont déposé un préavis de grève prévu pour le mois de septembre afin de dénoncer la loi sur les énergies renouvelables. Un contexte tendu qui ne devrait certainement pas faciliter dans l’immédiat l’ amélioration des conditions d’alimentation des Tunisiens.

Crédits photo : Erin M

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 20 Mai 2017
En France, la fin du monopole d'EDF et de GDF a eu lieu en 2007. L'occasion pour les consommateurs de changer de fournisseur d'énergie et de faire jouer la concurrence. Mais le changement n'est pas toujours facile pour les foyers…
jeu 6 Fév 2014
Mercredi 5 février, deux des principaux opérateurs de réseaux allemands ont présenté un projet de réseau électrique, long de 800 kilomètres. Cette "autoroute énergétique" permettrait d'acheminer l'électricité produites par les nouveaux parcs éoliens offshore situés en mer du Nord vers le…
lun 10 Avr 2017
Transition énergétique, déploiement des smart grids… La redistribution des cartes dans l’industrie énergétique n’a jamais été aussi importante, et elle implique désormais une évolution majeure pour les gestionnaires de réseau. C’est cette évidence qui a poussé les deux opérateurs français…
mer 12 Avr 2017
Le groupe français Engie a annoncé lundi 10 avril 2017 avoir remporté, à parts égales avec la société de gestion d'investissements Axium, un contrat de 1,17 milliard de dollars (environ 1,1 milliard d'euros) pour assurer durant 50 ans la gestion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *