Martinique : la centrale de Bellefontaine, partie prenante de la transition énergétique - L'EnerGeek

Martinique : la centrale de Bellefontaine, partie prenante de la transition énergétique

Centrale_bellefontaineAccompagnée de la nouvelle ministre de l’Outre-mer, George Pau-Langevin, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie s’est rendue les samedi 30 et dimanche 31 août dernier en Martinique afin de promouvoir son projet de loi sur la transition énergétique par la croissance verte. Un arrêt obligatoire dans un département d’outre-mer qui comme l’ensemble des territoires insulaires est isolé sur le plan énergétique et nécessite de ce fait des aménagements spécifiques. L’occasion pour Ségolène Royal de visiter la toute nouvelle centrale thermique de Bellefontaine inaugurée par EDF PEI (Production électrique insulaire) le vendredi 8 août 2014 et destinée à sécuriser l’approvisionnement électrique de la Martinique pour les trente prochaines années.

[stextbox id= »info »]Une centrale adaptée aux spécificités énergétiques insulaires[/stextbox]

L’isolement des territoires insulaires comme la Corse, la Réunion ou la Martinique explique la complexité de l’approvisionnement énergétique dans ces régions et le choix souvent contraint de l’énergie thermique comme principale ressource. En Martinique, le potentiel hydroélectrique quasi inexistant et le développement d’énergies renouvelables essentiellement intermittentes comme l’énergie solaire, imposaient dans ce sens le maintien de moyens de production garantis et non tributaires des risques naturels.

Les installations thermiques à moteurs diesels, très réactives, se présentent donc dans ces conditions comme l’un des moyens les plus sûrs et les plus efficaces pour faire face aux variations de consommation d’électricité, et garantir ainsi en permanence l’équilibre électrique entre production et demande. Des centrales que le groupe EDF tente d’adapter au mieux aux nouvelles exigences de la transition énergétique dans le cadre d’un vaste programme de modernisation des installations de productions insulaires.

Ce programme s’est traduit notamment par la construction d’une toute nouvelle centrale thermique à Bellefontaine qui permettra d’assurer en continu 60 % des besoins en électricité de l’île tout en s’adaptant au développement de projets plus durables à production garantie, tels que les énergies renouvelables stables (la biomasse ou le biogaz). Une flexibilité de production qui jouera un rôle significatif dans la transition énergétique de ce département et que la visite de Ségolène Royal est venue ici mettre en lumière.

En effet, comme l’a souligné Serge Letchimy, député et président du Conseil régional, « l’objectif de cette visite de travail est d’engager la Martinique dans la transition énergétique dans le cadre du projet de territoire à énergie positive pour valoriser pleinement les Outre-mer insulaires« .

[stextbox id= »info »]L’optimisation des performances énergétiques et environnementales[/stextbox]

Pour répondre aux préoccupations énergétiques et environnementales de la Martinique,  EDF a concrétisé ce projet de centrale thermique nouvelle génération censée offrir les moyens d’une production plus efficiente et plus durable.

Et en effet, équipée de douze nouveaux moteurs haute technologie d’une puissance de 17,6 MW chacun, cette unité de production présente une puissance totale de 220 MW et un rendement supérieur de 15 % à la précédente installation. Des performances accrues donc, qui permettront dans l’avenir de répondre à l’expansion de la demande énergétique locale.

Une démarche surtout préventive puisque la consommation électrique de la Martinique stagne depuis 2013, mais qui reste justifiée selon le directeur technique du groupe EDF, Alain Delorme : « en construisant cette centrale, on a réfléchi sur le long terme. Dans les trente prochaines années, on aura besoin a minima de remplacer la même puissance, c’est sûr et certain. La consommation, même si elle se tasse et c’est tant mieux, en raison de la crise économique et des efforts de maîtrise d’énergie impulsés depuis plus de 15 ans auprès de la population, va continuer de croître. Et si on n’a pas besoin de cette puissance supplémentaire, ce n’est pas grave, on ne l’utilisera pas, elle restera disponible« .

Cette nouvelle centrale devrait également réduire de manière non négligeable les impacts environnementaux de la production thermique d’électricité. En diminuant de 15 % la quantité de combustible nécessaire, elle réduit logiquement les émissions atmosphériques d’oxyde de soufre et de CO2 et donc son empreinte carbone. Des combustibles qui seront d’autant plus exclusivement choisis parmi ceux à très-très basse teneur en soufre (TTBTS). Une nouvelles technique de dessalement de l’eau de mer permettra d’économiser plus de 70.000 tonnes d’eau de la nappe phréatique tandis qu’un système de nettoyage des fumées devrait minimiser le taux de particules fines. Autant d’innovations qui garantissent une énergie plus constante et plus propre.

D’un budget global de 450 millions d’euros investi par EDF, la centrale de Bellefontaine est entrée officiellement en activité le 30 avril 2014 et devrait fonctionner plus d’une trentaine d’années. Sa mise ne service progressive a accompagné l’ancienne centrale jusqu’à l’arrêt définitif des moteurs le 13 mai dernier. Cette dernière sera démantelée peu de temps après une étape nécessaire de mise en sécurité comprenant le nettoyage des hydrocarbures et la sécurisation électrique.

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
L’OCDE vient de publier ses « examens environnementaux », dans lesquels une partie entière est consacrée aux objectifs de la France. D’après les experts de l’organisation internationale, qui se sont intéressés aux politiques publiques appliquées au cours des dix dernières…
jeu 5 Déc 2013
La production d’électricité en Grèce est issue essentiellement des énergies fossiles. Le pays dispose de ressources en charbon (lignite) et, dans une moindre quantité, en gaz naturel, qu'il peut exploiter pour produire de l'électricité. Ainsi, en 2011, ces combustibles ont…
jeu 13 Juil 2017
Alors que l’industrie pétrolière, réunie en début de semaine à Istanbul, s’évertuait à rappeler l’importance des hydrocarbures dans les secteurs de l’énergie et des transports pour les décennies à venir, l'Union française de l'électricité (UFE) proposait quant à elle, mardi…
ven 4 Avr 2014
Dans le Massachusetts, Etat américain, la centrale à charbon de la ville de Salem va définitivement cesser son activité en 2014 et être remplacée par une centrale au gaz, un combustible bien plus respectueux de l'environnement. Les dirigeants de la centrale…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *