Pourquoi EDF a suspendu la production de 4 réacteurs en Angleterre ? - L'EnerGeek

Pourquoi EDF a suspendu la production de 4 réacteurs en Angleterre ?

Heysham_centrale_nucléaire_angleterre

Lundi, EDF Energy (filiale britannique d’EDF) a annoncé la suspension provisoire de l’activité de 4 réacteurs nucléaires du nord de l’Angleterre pour une durée d’au moins 8 semaines, à la suite de la détection d’un défaut sur le support central de l’un des huit générateurs de vapeur d’un réacteur.

La présence de ce défaut a été confirmée lors d’une inspection du réacteur 1 de la centrale d’Heysham 1. Cette inspection était menée dans le cadre d’opérations de maintenance conduites en marge de l’arrêt programmé du réacteur pour rechargement du combustible. Elle a permis de confirmer la présence d’une fissure sur le support central de l’un des huit générateurs de vapeur du réacteur.

Ce défaut avait déjà été mis en évidence lors d’une inspection de routine menée en 2013, ce pourquoi le réacteur ne tournait depuis plus à pleine puissance, en accord avec l’agence de sûreté nucléaire britannique.

Le défaut est donc maintenant confirmé à la suite de l’inspection minutieuse réalisée cet été. EDF précise que désormais « les examens se poursuivent pour déterminer la nature du défaut ». Les inspections complémentaires devraient durer au moins huit semaines. Elles permettront notamment de déterminer si le défaut est lié à la conception ou à l’exploitation du réacteur.

Les trois autres réacteurs concernés par l’arrêt temporaire de production, de conception similaire au réacteur 1 d’Heysham 1, ont été suspendus par simple précaution, mais ils feront également l’objet d’inspections complémentaires :

« Bien que les inspections de routine des autres générateurs de vapeur n’aient pas indiqué jusqu’à présent de défauts similaires, EDF Energy a décidé, par mesure de précaution, d’arrêter le réacteur 2 de Heysham 1 et les réacteurs 1 et 2 de la centrale de Hartlepool, du même type ».

L’agence de sûreté nucléaire britannique, l’ONR (Office for Nuclear Regulation), s’est déclarée satisfaite des mesures prises par EDF Energy, parlant d’ « une action appropriée et prudente dans le but de garantir la sûreté nucléaire ».

EDF Energy exploite six autres centrales nucléaires outre-Manche, mais elles sont de conception différente de celles d’Heysham 1 et d’Hartlepool. Ces deux centrales n’utilisant pas la même technologie que les centrales nucléaires françaises (réacteurs à eau pressurisée),  EDF assure par ailleurs que la détection d’un défaut similaire sur les réacteurs français n’est pas envisagée. Les réacteurs français ne sont pas dotés du support central de générateurs de vapeur sur lequel le défaut a été détecté à Heysham 1.

 

Rédigé par : jacques-mirat

mer 11 Mar 2015
4 ans après la catastrophe nucléaire qui a frappé le Japon, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) fait le bilan de la situation sur le site atomique accidenté de la centrale de Fukushima. Cet établissement public français, sous tutelle…
lun 5 Jan 2015
Engagés depuis plusieurs années dans un programme de développement de l'énergie nucléaire, les Emirats arabes unis ont annoncé via de récentes déclarations du président de l'ENEC, la compagnie nationale de l'énergie nucléaire, leur volonté de mettre en service leur premier…
mar 29 Sep 2015
L'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) a inauguré la semaine dernière son nouveau centre de recherche sur les plasmas et sur la fusion nucléaire : le Swiss Plasma Center. Cette nouvelle, très importante pour le milieu de la recherche nucléaire,…
lun 8 Juil 2013
Le gouvernement espagnol a signé vendredi 5 juillet l’ordre de fin d’exploitation de la plus vieille centrale nucléaire du pays, située à Garoña, dans la province de Burgos au nord du pays. Le réacteur à eau bouillante de la centrale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *