Coopération nucléaire entre l’Algérie et l’Union Européenne - L'EnerGeek

Coopération nucléaire entre l’Algérie et l’Union Européenne

Nucléaire_algérie_ue_cernUne convention de partenariat entre l’Algérie et l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (Cern) a été signée à l’occasion de la visite à Alger d’une délégation de l’organisation, les 25 et 26 mai dernier. Destiné à renforcer les liens de coopérations sur le plan technologique, cet accord prévoit notamment une participation accrue des chercheurs algériens dans l’ensemble des projets du Cern.

Et en effet, comme le précise la convention, les chercheurs mais également l’ensemble des doctorants et ingénieurs algériens seront désormais «impliqués de manière effective dans des activités expérimentales du Cern, reconnu comme milieu d’échanges où évoluent des compétences».

Ils pourront bénéficier d’une «formation, d’acquisition de connaissances en technologies de pointe et d’un savoir-faire significatif dans les domaines les plus divers». On retrouve notamment parmi les domaines d’études cités l’optique de précision, la supraconductivité, la physique de l’ultravide ou encore la physique des couches minces.

Un programme de coopération donc qui semble le bienvenu pour l’Algérie alors que le ministre de l’Energie et des Mines Yousef Yousfi a récemment annoncé la volonté de son pays de mettre en service une centrale nucléaire d’ici 2025. Confronté à une hausse constante de sa demande en électricité, l’Algérie voit dans le nucléaire l’opportunité de répondre à la demande tout en diversifiant son mix énergétique.

Le gouvernement a d’ailleurs créé un Institut National de Génie Nucléaire dont la mission sera de former les ingénieurs et les techniciens indispensables au bon fonctionnement de la future centrale. De plus, l’Algérie pourra compter sur ses 29.000 tonnes de réserves prouvées d’uranium (volume permettant de faire tourner deux réacteurs de 1.000 MW pendant 60 ans).

Crédits photo : Torkild Retvedt

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 16 Déc 2014
Après 5 ans de négociation, la République du Ghana a obtenu le feu vert de L'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA) pour se lancer dans la production d'électricité à l'aide de l'énergie nucléaire. Selon Thomas Agabas, ministre de l'Énergie et…
mar 7 Avr 2015
Alban Verbecke, directeur du site, a procédé vendredi 27 mars à la présentation des résultats d'exploitation de la centrale nucléaire de Penly. Une installation  qui devrait connaitre une année 2015 plus "calme", après une période de 3 années de travaux…
jeu 20 Avr 2017
Seulement quelques jours après avoir dévoilé les noms des entreprises présélectionnées dans le cadre d'un premier appel d'offres pour la réalisation d'une centrale solaire de 300 MW et d'un parc éolien de 400 MW, le ministre de l'Energie saoudien Khaled…
mer 18 Mai 2016
Une proposition de loi vient d’être adoptée au Sénat dans le but de délivrer l’autorisation administrative nécessaire à la poursuite du projet Cigéo. Avec ce centre de stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde, la France prépare l’avenir de son industrie nucléaire.…

COMMENTAIRES

  • L’Algérie a beaucoup mieux à faire que de se lancer dans le nucléaire pour produire son électricité.
    Dans ce pays comme dans d’autres, le nucléaire est un serpent de mer qui réapparaît de temps à autre depuis 20 ans.

    Le solaire photovoltaïque et l’éolien coûtent beaucoup moins cher pour ce pays, peuvent très vite être mis en fonction et sont sans danger.

    http://energeia.voila.net/electri2/nucle_pv_maghreb.htm

    Le solaire est d’autant plus adapté à ce pays comme à tous ceux autour de la Méditerranée qu’il produit à son maximum lorsque les besoins sont les plus élevés.

    Lorsque le besoin s’en fera sentir, le stockage du jour pour le soir sera devenu bon marché, aucune crainte de ce côté.

    Répondre
  • … avec à la clé, n’en doutons pas, de belles commissions pour ces marchés juteux !… Peu importe si l’on met en danger les populations avec une industrie qui n’est au point que théoriquement et impossible à gérer sur le long terme, notamment, l’élimination de ses déchets, véritable cauchemar !… Alors que maintenant, on dispose de toute une palette alternative , grâce notamment à des milliers d’hectares de désert qui peuvent enfin servir à quelque chose !…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *