USA : le nucléaire comme solution au réchauffement climatique? - L'EnerGeek

USA : le nucléaire comme solution au réchauffement climatique?

Nuclear_plant_night_Bjoern SchwarzL’exploitation du gaz de schiste a fortement changé le paysage énergétique nord-américain ces dernières années. Abondant et bon marché, ce gaz naturel est devenu un sérieux concurrent des centrales nucléaires et menace aujourd’hui la part de l’atome dans le mix électrique des États-Unis. Un phénomène qui pourrait, selon un rapport publié mardi 6 mai par la Maison Blanche, saper les efforts de Barack Obama contre le réchauffement climatique.

Selon les experts du secteur, la part d’électricité issue des centrales nucléaires américaines serait actuellement menacée par l’exploitation du gaz de schiste. Un phénomène également amplifié, dans une moindre mesure toutefois, par les avantages fiscaux dont bénéficie le secteur éolien ainsi que les surcoûts liés aux nouvelles normes de sûreté post-Fukushima.

Selon un rapport de l’institut privé Center for Climate Change and Energy Solutions, l’affaiblissement de la compétitivité du secteur nucléaire américain face au gaz de schiste desservirait la politique de réduction d’émissions de gaz à effet de serre de Washington. En effet l’atome, qui représentait en 2013 une part de 19% du mix électrique des USA, n’est responsable d’aucune émission de CO2 contrairement au gaz de schiste.

Doug Vine, un des co-auteurs du rapport, estime que le nucléaire est une des sources énergétiques qui permettrait de réduire efficacement et sur le long terme les émissions de CO2 des États-Unis. Et ainsi d’enrayer les effets du réchauffement climatique. Il affirme donc que l’arrêt des réacteurs nucléaires américains au profit du gaz de schiste rend plus difficile l’atteinte des objectifs de la politique de M. Obama (réduire de 17% les émissions de CO2 d’ici 2020).

« Nous avons besoin d’accroître nos sources d’énergie renouvelable mais elles ne peuvent pas répondre à nos besoins en électricité fiable 24 heures sur 24, sept jours sur sept (…). Le nucléaire offre cette fiabilité et en plus sans émission », a déclaré la présidente du Center for Climate Change and Energy Solutions, Eileen Clausen.

Crédit photo : Bjoern Schwarz

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 14 Juin 2017
Le retrait accéléré de l’énergie nucléaire en Allemagne pourrait coûter bien plus cher que prévu au gouvernement d’Angela Merkel. En parallèle des demandes d’indemnisation des producteurs d’énergies auxquelles il devrait faire face suite à la validation de ces procédures par…
ven 16 Jan 2015
Dans un entretien accordé le 8 janvier dernier aux journalistes de l'Usine Nouvelle, la Ministre de l'Écologie Ségolène Royal évoque la possibilité de construire, en France, de nouvelles centrales nucléaires. À la suite de la polémique suscitée par ses paroles,…
jeu 28 Jan 2016
Sur son blog Chroniques de l’anthropocène, le polytechnicien et fondateur de l'institut Carbone 4 Alain Grandjean, affirme douter des objectifs fixés par la loi de transition énergétique. Selon lui, la France ne pourra pas tenir son engagement relatif à la diminution du nucléaire, pourtant…
mar 11 Août 2015
Depuis septembre 2013 et l’arrêt de deux réacteurs à la centrale d’Ohi, le Japon ne produisait plus d’énergie nucléaire. Cette période zéro nucléaire, engagée après la catastrophe de Fukushima, est désormais terminée depuis cette nuit, 3h30, heure de Paris. Le…

COMMENTAIRES

  • C’est la danse des chaises musicales : le nucléaire comme recours suprême, avec lui aucun réchauffement de la planète n’est à craindre !… ( Juste quelques « détails » à « oublier »…) . Pendant ce temps-là, de l’eau « de feu » coule dans les robinets du Minnesota !…

    Répondre
  • Ni l’éolien, ni le photovoltaïque ne peuvent à eux seul garantir la stabilité et la sécurité électrique des réseaux de distribution électrique. Si l’on veux réduire les G.A.S. il n’y a pas beaucoup de solutions autre que le nucléaire.

    Répondre
  • Tous les pays peuvent atteindre des fortes proportions d’électricité éolienne et photovoltaïque de façon économique – c’est l’AIE qui l’affirme dans une étude parue ce mercredi 26 février, « The Power of Transformation ». Une étude qui remet bien des idées en question – et les pendules à l’heure.

    http://cedricphilibert.net/la-variabilite-du-vent-et-du-soleil-un-vrai-faux-probleme/

    Par ailleurs, lorsqu’elle deviendrait vraiment nécessaire, une telle augmentation ne nécessite aucune innovation technologique radicale: l’extension des capacités de stockage hydraulique n’est pas un problème lorsque le modèle d’affaires le justifie …

    Répondre
    • En tout cas, les pays comme l’Allemagne ou l’Espagne qui ont fait ce choix le regrettent maintenant car la facture est astronomique.(10000 milliard d’euros estimés pour l’Allemagne)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *