Alstom doit obtenir un parc éolien offshore pour sécuriser l'activité de ses usines - L'EnerGeek

Alstom doit obtenir un parc éolien offshore pour sécuriser l’activité de ses usines

haliade_150_OstendeLe gouvernement s’apprête à rendre sa décision concernant le résultat du second appel d’offres sur l’éolien en mer. Selon les premières informations qui circulent, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) aurait recommandé le choix du consortium piloté par GDF Suez pour construire les deux parcs en jeu, le Tréport et Noirmoutier. Une révélation qui inquiète fortement Alstom, qui doit fournir les éoliennes au cas où son partenaire EDF serait retenu. En effet, l’ambitieux projet industriel du groupe dans l’éolien offhsore pourrait être menacé sans l’obtention d’au moins un des deux projets.

Début 2015, Alstom va mettre en service pas moins de quatre usines dédiées à la fabrication des éoliennes en mer : deux usines à Cherbourg, pour les tours et les pales, deux autres à Saint-Nazaire pour les nacelles et les générateurs.

Les éoliennes qui sortiront de ces usines serviront à équiper les trois parcs dont la construction à été attribuée à EDF lors du premier appel d’offres. Mais pour assurer la pérennité de cet outil industriel, Altom doit obtenir de nouveaux marchés.

Certes, son éolienne offshore, l’Haliade 150, a également était retenue pour équiper l’un des tout premiers parcs offshore des Etats-Unis,  au Rhode Island, mais ce contrat ne porte que sur la livraison de cinq aérogénérateurs, contre environ 80 pour chaque projet mené en France.

Pour Alstom, l’obtention d’au moins un des deux parcs en jeu dans le second appel d’offres gouvernemental français est considéré comme vitale. « Il y a deux champs, il nous en faut un », lâche Nicolas Serrie, le directeur France de la division éolien offshore d’Alstom, et selon lequel l’attribution d’un nouveau parc représenterait un an supplémentaire de travail.

Mais GDF Suez, qui travaille avec Areva et son projet d’éolienne de 8MW, compte bien remporter les deux champs, après avoir été écarté du premier appel d’offres. La décision finale, attendue dans les jours qui viennent, reviendra à Ségolène Royal. On saura bientôt si elle suit l’avis de la CRE ou si elle opte pour un choix plus équilibré. Le fait que le projet d’Alstom et d’EDF ait la préférence des pêcheurs pourrait également peser dans la balance.

Crédits photo : Alstom

Rédigé par : vincent-delong

mer 26 Fév 2014
La Corse est une région isolée du réseau électrique continental et comme toutes les îles, l’alimentation en électricité y est très complexe, surtout avec la croissance des énergies renouvelables dont la production est intermittente. Pour améliorer cela, EDF a créé…
lun 12 Mai 2014
Selon un arrêté gouvernemental publié jeudi 8 mai au Journal Officiel, l'électricité issue des installations solaires européennes ne peut plus prétendre au tarif d'achat bonifié. Ce dispositif de majoration tarifaire, mis en place pour soutenir les industriels du secteur photovoltaïque…
lun 4 Avr 2016
Depuis trois ans, Solvay s'est associé à la Caisse des Dépôts et à Marubeni, un énergéticien japonais, pour améliorer les solutions de l’efficacité énergétique. Aujourd’hui, ils officialisent la création de la holding EEco et visent une rentabilité entre 10 et…
jeu 11 Mai 2017
En l’espace de quelques années seulement, l’île de La Réunion s’est engagée dans une modification profonde de son mix énergétique. A l’instar de l’île Samso au Danemark, La Réunion espère bien devenir dans les prochaines années un territoire complètement autonome…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *