Les nouvelles technologies pour un nouveau développement africain - L'EnerGeek

Les nouvelles technologies pour un nouveau développement africain

image_satellite_afrique_photo_nasa_wikimedia_commonsL’Afrique est « l’une des régions les plus dynamiques au monde » d’après la Maison-Blanche, et en effet certains pays connaissent actuellement un taux de croissance à deux chiffres. Les investisseurs internationaux s’intéressent de plus en plus aux infrastructures du continent, et en particulier au secteur énergétique. L’aide française saura-t-elle imiter cette tendance ? Lors du sommet de l’Elysée, Hubert Védrine avait appelé à refonder le partenariat entre les deux rives de la Méditerranée, intégrant la critique de l’ADP (Alliance pour la Démocratie et le Progrès) de certains experts comme Jean-Yves Ollivier ou Dambisa Moyo…

Le 12 et le 13 Février, un rassemblement s’est tenu sur le thème « l’Afrique et l’UE relèvent les défis énergétiques ensemble ». Cette manifestation succède à la première réunion de 2010 entre « des ministres africains et européens, et des commissaires de l’Union Africaine et de l’Union Européenne » qui avait eu lieu à Vienne. A cette occasion, les participants ont détaillé « le  » Portefeuille des Activités PAEE 2020 « , présentant les actions et les programmes de toutes les parties prenantes, africaines et européennes ».

Au début du mois de février, la Banque africaine de développement (Bad) a aussi montré son intérêt pour le secteur des nouvelles technologies de l’énergie. Son conseil d’administration a notamment validé la participation de son établissement au Fonds Africain de l’Énergie Renouvelable (Faer) à hauteur de 25 millions de dollars. D’autres bailleurs pourront également profiter des financements de la Bad, un secteur porteur puisque même les stars comme Akon se portent aujourd’hui sur ce type de projet.

Pourtant, la France qui a la chance de disposer d’une filière énergétique enviée partout dans le monde, n’a pas encore bien pris la mesure des potentialités de ce type d’opérations. Jean-Yves Ollivier, spécialiste des questions africaines, « revient sur les failles de l’aide au développement française, dont les résultats sont loin d’être à la hauteur des investissements. Selon lui, en tournant quasiment exclusivement les aides financières accordées aux pays africains vers l’éducation et la santé, la France a enfermé ces pays dans une forme d’assistanat et a nui à leurs économies ».

D’autres experts comme Dambisa Moyo de la banque Goldman Sachs s’accordent sur les effets pervers de ces stratégies « angéliques ». D’autant que lorsque ces dépenses sont effectuées sans contrôles et sont donc peu efficaces, la compréhension de la présence française dans ces pays est brouillée. Une situation dommageable, surtout lorsqu’on sait la lutte d’influence qui peut avoir lieu en Afrique entre les différents pays développés.

Rédigé par : vincent-delong

sam 19 Août 2017
Trônant dans le salon d’une grande majorité des Français, les appareils audiovisuels et multimédia sont aujourd'hui plus nombreux et davantage utilisés. Si ces appareils consomment généralement moins que les appareils électroménagers, ils sont devenus de par leur nombre, un des…
lun 6 Jan 2014
Trois jours après le passage du cyclone Bejisa, qui a frappé l'île de La Réunion le jeudi 2 janvier et qui a causé la mort d'une personne, les services d'EDF annonçaient que 14.300 clients étaient toujours privés d'électricité, lundi 6…
lun 21 Août 2017
Que vous soyez acheteur potentiel ou vendeur d’une maison ou d’un bâtiment, connaître en détails la performance énergétique du logement en question est indispensable pour évaluer son prix et le coût des travaux éventuels qui seront à réaliser. Pas simple…
jeu 15 Déc 2016
En négociation depuis fin juillet, l'accord validant la cession de la moitié de la société Réseau de transport d'électricité (RTE) par EDF aux groupes Caisse des dépôts et CNP Assurances, vient d'être finalisé. Le conseil d'administration du groupe énergétique français,…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *