Éolien : une solution pour les régions reculées de Russie? - L'EnerGeek Éolien : une solution pour les régions reculées de Russie? - L'EnerGeek

Éolien : une solution pour les régions reculées de Russie?

russie_neige_photo_ManuB.Les médias russes ont annoncé mi-décembre la construction d’un gigantesque parc éolien dans le nord-est de la Russie. Erigé dans la région de l’Arctique, il deviendra à terme un des plus puissants d’Europe et remplacera les vieillissantes centrales thermiques qui polluent la région d’Arkhangelsk.

Quatrième producteur d’électricité au monde après la Chine, les États-Unis et l’Inde, la Russie dispose d’immense réserves d’hydrocarbures que le gouvernement n’hésite pas à mobiliser pour produire son énergie électrique : 67,5% de l’électricité produite en 2012 était issue de ressources fossiles. Les 15,7% que représentent les énergies renouvelables dans le mix électrique russe sont issus à 99,6% d’installations hydrauliques. Ainsi, avec une part de 0,03% (pour 30 petits GWh produits), l’éolien n’a pour l’instant qu’une place très marginale dans le mix électrique du pays.

[stextbox id= »info »]Profiter du vent qui balaye les rives de la mer Blanche[/stextbox]

C’est sur les rives de la mer Blanche, dans la ville portuaire d’Arkhangelsk, que sera construit un des parcs éoliens les plus grands d’Europe. Première installation d’Arctique à produire de l’énergie grâce à la force du vent, cette ferme éolienne sera composée, dans un premier temps, de 50 générateurs. Ils seront construits par la compagnie russe Mejreguionsoïouzenergo, qui sera secondée par la société allemande SoWiTec.

D’un coût estimé à quelques 354 millions d’euros, ce futur parc éolien devrait voir sa production débuter d’ici 2016. Il affichera à ce moment-là une puissance installée totale comprise en 150 et 200 MW. Favorisée par la force des vents de la région (des vents réguliers qui soufflent en permanence à une vitesse moyenne de 7 mètres par seconde), la production du parc d’Arkhangelsk devrait permettre de fournir de l’électricité propre à plus de 100.000 foyers de la région.

[stextbox id= »info »]Le « must-have » énergétique des zones isolées russes?[/stextbox]

Selon les spécialistes en charge de son développement, ce parc éolien devrait permettre de régler les problèmes énergétiques et environnementaux de cette région isolée du nord de la Russie. Principalement basée sur les énergies fossiles, la production des vieillissantes centrales thermiques de la région est responsable d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

Site expérimental, cette ferme éolienne permettra également d’évaluer l’utilité et l’efficacité des technologies éoliennes dans une zone enclavée, difficiles à approvisionner. Iouri Choulguine du département énergétique de l’Institut de l’énergie et des finances estime que l’énergie éolienne aura, dans le futur, un « caractère local » dans le sens où elle sera développée dans les parties de la Russie où il est difficile de construire des gazoducs, des oléoducs et des lignes de transport d’électricité. « Dans une région éloignée, il est plus facile de construire une centrale éolienne avec des batteries qu’un pipeline », résume-t-il.

[stextbox id= »info »]Un potentiel qui reste à exploiter[/stextbox]

Estimé à 6.200 milliards de kilowatts par an, le potentiel technique de l’énergie éolienne russe représente plusieurs fois le volume actuel de production d’électricité du pays. Malgré d’importantes ressources en pétrole et en gaz, Moscou ne ferme pas la porte au développement de sources énergétiques moins polluantes et plus adaptées aux enjeux géographiques de ses régions reculées.

La Russie compte actuellement huit parcs éoliens en activité. Développé à la fin des années 90, ils se trouvent en Sibérie, en Extrême-Orient, dans les steppes longeant la Volga ou dans les montagnes du Caucase du Nord. D’une puissance cumulée de 17 à 18 MW, ces parcs permettent principalement de fournir l’énergie nécessaire aux entreprises installées dans ces régions.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Fév 2017
Très active sur le marché du nucléaire à l'international, l'agence russe Rosatom ne semble plus s'en contenter et regarde progressivement du côté des énergies renouvelables. Le fort potentiel de la Russie en matière d'énergie éolienne et les nouveaux objectifs du…
mar 6 Jan 2015
Calgary Rocky Mountain Power, entreprise canadienne basée dans la ville de Calgary en Alberta, propose de résoudre le problème de l'intermittence de l'énergie éolienne grâce à de grandes cavernes souterraine de sel, où serait stockée l'électricité excédentaire. Il s'agirait de la première utilisation…
lun 30 Nov 2015
Tandis que les météorologues estiment que 2015 sera une année avec des températures records, le gestionnaire du réseau électrique, RTE, assure que « les besoins électriques de la France seront couverts pendant l’hiver ». En plus des températures exceptionnellement élevées, l’énergéticien explique…
mer 20 Nov 2013
Jeudi 14 novembre, l'Ademe a publié une réactualisation de son rapport "La production éolienne d’électricité", apportant des données supplémentaires notamment sur le secteur français du petit éolien. L'organisme apporte quelques conseils aux porteurs de projets de petit éolien, dont 2.500…

COMMENTAIRES

  • Oui, dans ces immenses territoires, la production localisée s’impose.
    Les Russes auraient-ils mis au point des machines plus rationnelles que ce que nous voyons partout ?
    Car jusqu’ici ce n’est pas fiable, la production faible, très aléatoire.
    Il y a mieux à faire

    Répondre
  • Intervention trollesque de Monsieur Carré Jean:
    Pas rationnnelles (??) ? Pas fiable (97% de disponibilité en France) ? Faible (200MW!)? Aléatoire (7m/s en permanence)
    Des chiffres SVP…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *