De l’électricité à partir des pots d’échappement des véhicules - L'EnerGeek

De l’électricité à partir des pots d’échappement des véhicules

800px-Pot_d'échappement@KoSLe moteur thermique d’un véhicule classique n’utilise qu’1/3 de l’énergie contenu dans le carburant pour faire fonctionner la voiture. Il dissipe les 2/3 restants sous forme de chaleur, dont 1/3 par l’intermédiaire du système d’échappement.

Aujourd’hui, il existe une technique qui permet de convertir une partie de cette énergie perdue en une énergie utile. Concrètement, grâce à un procédé thermodynamique, la chaleur dans le pot d’échappement de la voiture est récupérée afin de produire de l’électricité. Par ce procédé, la consommation de carburant des véhicules est réduite et on réduit aussi les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Parmi les différentes technologies déjà développées, on peut notamment citer celle d’une société française, Exoes. Leur dispositif de récupération de chaleur à l’échappement est baptisé EVE, Energy Via Exhaust.

Concrètement, un échangeur est installé dans le pot d’échappement dans lequel est envoyé un liquide sous pression. Sous l’effet des fortes températures qui peuvent atteindre 800°, ce liquide est transformé en gaz. La vapeur d’eau vient alors pousser sur un moteur à pistons miniaturisé, qui, par le biais d’un alternateur, produit de l’électricité.

Ce dispositif peut être aussi bien installé sur un véhicule hybride, disposant à la fois d’un moteur thermique et électrique, que sur un véhicule conventionnel, équipé uniquement d’un moteur thermique. Il peut aussi s’adapter aussi bien aux voitures qu’aux autres moyens de transport tels que les camions, bus, trains, bateaux…

 

[stextbox id= »info »]Jusque 15% d’économie de carburant ![/stextbox]

Il apparaît que ce système permet de réduire la consommation de carburant. Cette baisse peut atteindre 15%.

La batterie des véhicules traditionnels est alimentée grâce au moteur thermique qui a besoin de carburant pour fonctionner. Grâce à ce système de récupération de chaleur à l’échappement, on a moins recours au moteur thermique pour recharger la batterie, puisqu’elle peut l’être directement par le dispositif. On diminue donc la consommation de carburant pour couvrir les besoin électriques du véhicule, de plus en plus nombreux avec la généralisation des diverses options (vitres électriques, climatisation…)

Pour les véhicules hybrides quant à eux, cette technologie apparaît comme une source d’énergie supplémentaire. Jusque alors, la récupération d’énergie électrique s’opérait grâce au freinage et au système d’économie « Stop & Start ». Grâce à cette innovation, l’autonomie électrique des véhicules hybrides est donc accrue.

En évitant de prélever de l’énergie au moteur thermique pour les besoin électriques des véhicules, on diminue ainsi la consommation de carburant. On limite aussi par conséquent les émissions de CO2 dans l’atmosphère. A terme, cette technologie pourrait d’ailleurs permettre d’alimenter directement tous les systèmes embarqués consommateurs d’électricité dans les véhicules.

 

[stextbox id= »info »]Les constructeurs automobiles se montrent intéressés[/stextbox]

Bien que déjà utilisé en Formule 1, cette innovation technologique n’est toujours pas intégrée dans les véhicules commercialisés. Cependant, les normes européennes en matière de pollution et de consommation de carburant, de plus en plus contraignantes pour les constructeurs automobiles, pourraient permettre à cette innovation d’être déployée assez rapidement. En 2020, les constructeurs devront payer une amende si la moyenne des émissions de CO2 de leurs véhicules dépasse les 95g/km. A l’heure actuelle, cette moyenne est encore de 130 à 140 g/km pour les véhicules récents.

Il apparaît que les constructeurs automobiles se montrent déjà plutôt intéressés par la perspective d’intégrer prochainement ce dispositif dans leurs véhicules. PSA Peugeot Citroën devrait adopter celui d’Exoes. Certains autres constructeurs automobiles comme BMW et Honda développent quand à eux leur propre système de récupération de chaleur à l’échappement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Août 2017
Même si le charbon continue de fournir 40% de l'électricité mondiale, il est aussi responsable de 45% des émissions de gaz à effet de terre.  Les pays du monde entier commencent à prendre conscience des dangers du réchauffement climatique et…
lun 22 Déc 2014
Le Maroc, qui a lancé un vaste programme d’investissement dans les énergies renouvelables, vient d’annoncer son souhait de développer également le recours au gaz naturel liquéfié pour renforcer son mix énergétique. Le pays ne dispose presque pas de ressources en…
mer 19 Juin 2013
Le Gabon et le groupe de négoce pétrolier suisse Gunvor ont conclu un accord portant sur la construction d’un hub énergétique à Port-Gentil, sur la façade atlantique de l’Afrique. L’accord a été conclu dans le cadre du New-York Forum Africa…
jeu 2 Mar 2017
Plus gros consommateur de charbon à l'échelle mondiale, la Chine est aujourd'hui sur la voie de la transition énergétique et tente tant bien que mal de se défaire de sa dépendance à la houille et à la lignite, responsables de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *