Eolien flottant : une solution à l'étude pour stocker l'électricité - L'EnerGeek

Eolien flottant : une solution à l’étude pour stocker l’électricité

Le stockage de l’énergie éolienne est un enjeu majeur pour le développement de cette source d’électricité. Le célèbre Institut de Technologie du Massachusetts (le MIT, aux Etats-Unis) travaille actuellement sur un projet de stockage innovant à destination des éoliennes flottantes. Ce projet repose sur l’installation de sphères de béton gigantesques à plus de 700 mètres de profondeur en dessous de chaque éolienne flottante.

L’éolien flottant, qui est une filière encore peu développée, permettrait aux Etats-Unis de multiplier leur potentiel éolien par 3. Mais à l’instar d’autres énergies renouvelables, l’éolien flottant a un fonctionnement intermittent : la production d’électricité peut être supérieure à la demande ou inversement. Pour réguler ces fluctuations de production il est donc essentiel d’être capable de stocker l’électricité produite.

[stextbox id= »info »]Fonctionnement[/stextbox]

Les chercheurs du MIT ont trouvé une idée innovante pour résoudre le problème de stockage. Ce n’est encore qu’un projet de recherche mais cette solution consisterait à installer des sphères de béton remplies d’eau de mer en dessous des éoliennes flottantes. Ces sphères reposeraient sur le fond de la mer.

Elles ferraient 30 mètres de diamètre et leur poids se mesurerait en milliers de tonnes. De plus, la paroi de ces sphères serait épaisse de 3 mètres. La meilleure profondeur pour de telles sphères serait de 750 mètres selon les chercheurs du MIT.

Le fonctionnement de ces sphères repose sur un principe très simple : lors d’un pic de production, l’électricité excédentaire actionne une pompe qui vide l’eau de la sphère de béton.

Et lors d’une production insuffisante, l’eau de mer serait introduite dans la sphère, actionnant ainsi une turbine rattachée à un générateur pour produire de l’électricité.

Les chercheurs du MIT estime qu’une telle sphère de 30 mètres de diamètre pourrait stocker jusqu’à 6MWh d’électricité. Ils poussent leurs calculs plus loin et pensent que 1.000 éoliennes équipées d’une telle sphère de stockage pourraient remplacer une centrale nucléaire ou une centrale à charbon.

[stextbox id= »info »]Avantages[/stextbox]

Ce système dispose de plusieurs avantages.

Tout d’abord, l’énergie stockée serait disponible très rapidement. Ces sphères peuvent en effet être utilisées aussi vite qu’elles peuvent être mises hors service, contrairement aux centrales nucléaires.

Ces sphères qui seraient raccordées au réseau pourraient également emmagasiner l’électricité produite par des sources d’énergie renouvelables terrestres.

De plus ces sphères permettraient de renforcer l’ancrage des éoliennes flottantes.

[stextbox id= »info »]Inconvénient[/stextbox]

Ces sphères seraient construites à partir de ciment. Mais la production de ciment rejette énormément de dioxyde de carbone.

Pour limiter l’impact sur l’environnement de ces sphères, les chercheurs prévoient d’utiliser les déchets de combustion des centrales à charbon américaines pour la construction des sphères.

[stextbox id= »info »]Un projet en phase de recherche et de tests[/stextbox]

Pour installer de telles sphères, les chercheurs ont prévu l’utilisation d’une barge construite spécialement à cet effet.

Le coût d’une sphère est estimé à 12 millions de dollars par le MIT. Le coût du kilowattheure ainsi produit serait lui de 0.06 dollar.

Mais la mise en service de telles sphères ne se fera pas tout de suite. Le projet est encore en phase de tests.

En 2011, un prototype de 76 centimètres a démontré l’efficacité de cette solution de stockage. L’équipe de chercheurs espère étendre les tests à une sphère de 3 mètres de diamètre. Ils souhaiteraient ultérieurement réaliser des tests en mer avec une sphère de 10 mètres de diamètre, à condition de réunir les fonds suffisants.

Si cette technologie est utilisée à grande échelle et sur le long terme, les chercheurs pensent qu’elle pourrait produire le tiers des besoins en électricité des Etats-Unis.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 7 Sep 2017
Présente à Berlin mardi 4 septembre 2017 à l’occasion d’un séminaire franco-allemand, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre français de la Transition écologique et solidaire, a rencontré son homologue allemand, Rainer Baake, afin d’évoquer la mutualisation de leurs efforts…
ven 8 Nov 2013
Kaal Masten, spécialiste hollandais de l'éclairage public, a profité de la Journée de l’espace public à l’Expo Houten au Pays-Bas pour présenter son Spirit, nom de baptême du premier pylône d’éclairage à énergie solaire indépendant du monde. Développé depuis plus…
mer 22 Avr 2015
Quelques mois avant d'être imitée par la ville de Portland, aux États-Unis, l’île de Tahiti déployait sur son territoire un dispositif hydraulique fonctionnant à la manière d'un moulin à eau, capable de produire de l'électricité renouvelable grâce à son réseau…
mar 25 Nov 2014
La plus grande centrale photovoltaïque d'Afrique vient tout juste d'être mise en service. Baptisée Japser, cette centrale se situe en Afrique-du-Sud, leader économique du continent. Les 95 MW de capacité de production installée de Jasper vont cependant bientôt être dépassés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *