Henri Proglio livre sa vision de la transition énergétique - L'EnerGeek

Henri Proglio livre sa vision de la transition énergétique

Auditionné par le Conseil national du débat sur la transition énergétique, le président directeur général d’EDF Henri Proglio a expliqué quels étaient, selon lui, les éléments clés de la transition énergétique. Pour Henri Proglio, une électricité décarbonnée, compétitive et créatrice d’emplois constitue le meilleur levier de la transition énergétique française, mais c’est dans les secteurs du bâtiment et des transports que doivent être réalisées les plus importantes économies d’énergie.

Selon Henri Proglio, l’électricité doit être un levier pour la transition énergétique française. « La plupart des scénarios de prospective énergétique  le montrent : l’électricité est un levier de décarbonation efficace, parce qu’elle peut être produite sans CO2 à des coûts maîtrisés et parce qu’elle peut se substituer aux énergies fossiles dans les usages ».

Un discours qui fait sens, alors que l’AIE vient de démontrer dans un rapport que la production d’énergie dans le monde était seulement 1 % plus propre aujourd’hui qu’en 1990.

Il a défendu la place du nucléaire dans le mix énergique français. Selon lui  l’atome « permet d’éviter 25 milliards d’euros d’importations de gaz et de pétrole » alors que la facture énergétique de la France s’élève déjà à près de 70 milliards d’euros.

Durant cette audition, le PDG d’EDF a d’ailleurs affirmé que le groupe investirait entre 100 et 120 milliards d’euros en France au cours des 10 années à venir, dont 55 milliards pour la modernisation du parc nucléaire et entre 5 et 7 milliards pour le déploiement du compteur intelligent Linky.

Si l’électricité peut faire office de levier, Henri Proglio estime que les principaux  gisements d’économie d’énergie se trouvent dans les secteurs du bâtiment et des transports, qui représentent 70% de l’énergie consommée en France :

« Aujourd’hui, l’enjeu stratégique pour la France, c’est la maîtrise de l’énergie et la baisse de l’usage des fossiles dans les bâtiments et les transports, avec des filières nationales qui créent de l’emploi pérenne en France ».

Détaillées dans un dossier de presse, les 5 priorités défendues par EDF pour la transition énergétique sont le développement de la maîtrise de la demande d’énergie (et donc en particulier dans les secteurs du bâtiment et des transports), le développement d’énergies renouvelables compétitives, le maintien de la filière nucléaire à un haut niveau d’excellence et de compétitivité, la lutte contre la précarité énergétique et l’accompagnement des acteurs locaux dans leur projets énergétiques.

Rédigé par : jacques-mirat

lun 22 Mai 2017
Que vous soyez soucieux de votre empreinte environnementale ou simplement à la recherche des applications internet les plus performantes, sachez que tous les moteurs de recherche ne se valent pas en matière d'efficacité énergétique. Si l'utilisation même de la toile…
mar 3 Jan 2017
En multipliant, ces dernières années, les projets d'énergie renouvelable, le Sénégal a renforcé progressivement son réseau d'approvisionnement électrique et réduit sa dépendance aux combustibles fossiles. Des progrès significatifs qui, comme annoncé par le Président Macky Sall le 31 décembre dernier, permettront…
mer 16 Sep 2015
Si la danse, en tant qu'activité physique, a toujours été bonne pour la santé, elle pourrait également devenir éco-responsable. Se déhancher toute la nuit au rythme d'une musique incessante serait en effet un bon moyen de dépenser son énergie et d'en…
sam 23 Sep 2017
Ils étaient 529 candidats au départ, douze finalistes et finalement cinq gagnants : pour sa quatrième édition seulement, le concours EDF Pulse 2017 a remporté un vif succès. Jeunes entreprises et grandes idées se sont côtoyées dans les allées du…

COMMENTAIRES

  • drôle de transition énergétique par M. Henry PROGLIO qui vante encore le nucléaire car c’est surtout pour le supprimer que l’on dois faire des énergies renouvelables et en plus il y a au bas de l’article une publicité pour le chauffage électrique. Bien sûr chacun défend son produit le problème c’est que le nucléaire continuera à nous Peter à la figure ce qui veux dire les bénéfices pour les actionnaires et les problèmes pour nous tous .
    que se passera t’il si la piscine de fukushima se fend ? Et bien, je pense que nous retrouverons beaucoup de japonais dans le monde et auront nous assez de monde pour s’occuper de la prochaine catastrophe nucléaire pourquoi cette peur des energies renouvelables qui crée tant de retard dans le démantèlement du nucléaire .
    la terre continuera de tourner mais sans personne : plus facile à gérer merci EDF.

    Répondre
    • Cher Bernard,
      Sans nucléaire, notre société s’enfoncera dans la crise et notre monde dans un bouleversement de son climat.
      En effet :
      – pour sortir de la crise et du chomage, il est nécessaire de relancer la croissance : les économistes s’accordent pour une augmentation minimale de 1,5% du PIB par an. Or, PIB et consommation d’énergie sont étroitement corrélés. Dit autrement pour faire croître le PIB on a a besoin de plus en plus d’énergie. Les énergies fossiles vont disparaître peu à peu, les renouvelables tels que le PV et l’éolien vont se développer, mais pas suffisamment pour compenser la disparition du charbon, gaz et pétrole. Seul le nucléaire permettra de disposer de suffisamment d’énergie pour relancer notre croissance et sortir de la crise.
      – le nucléaire n’émet pas de CO2 ; avec les énergies renouvelables qu’il faut développer mais qui seront pour encore longtemps très largement insuffisantes pour nos besoins, nous pourrons nous affranchir des combustibles fossiles et ainsi arrêter la production de gaz à effet de serre à l’origine des changements climatiques.
      Certains irresponsables voudraient nous faire abandonner le nucléaire pour des énergies renouvelables incapables de prendre le relais, et ce pour encore des décennies ; pour faire acccepter ce choix, ils font miroiter les vertus d’une société où l’on réduirait notre consommation de 20 à 50% alors que beaucoup de personnes se privent déjà de chauffage et de moyens de transport. Ne nous laissons pas convaincre par ces discours qui voudraient nous ramener au niveau de vie de nos parents et grands parents, à la sortie des guerres mondiales.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *