Le mix électrique du Portugal

En une décennie, le Portugal a fait passer la part des énergies renouvelables dans sa production d’électricité de 34% à 47%. Le Portugal tout comme l’Espagne, qui a développé les énergies vertes, font de la péninsule ibérique une région à la pointe du renouvelable en Europe.  

D’après les chiffres de l’observatoire des énergies renouvelables Obser’ER, les énergies fossiles représentent 53% de l’électricité portugaise en 2011, soit quinze points de pourcentage de moins qu’en 2001, où leur part s’élevait à 67%. Le Portugal qui importe la totalité des énergies fossiles qu’il consomme a donc décidé de développer les énergies renouvelables.

Représentant respectivement 23,1% et 17,4% dans le mix portugais, ce sont les énergies hydraulique et éolienne qui tirent le renouvelable vers le haut.

Cependant, les chiffres de 2011 doivent être nuancés puisque une forte diminution des précipitations a provoqué une baisse de 26,8% de l’électricité produite par la filière hydraulique portugaise. Si bien qu’en 2010, année exceptionnellement pluvieuse, cette même filière a produit 16,5 TWh d’électricité. C’est d’ailleurs en 2010 que la part du renouvelable (53%) a dépassé pour la première fois la part des énergies fossiles (47%) dans le mix électrique portugais.

Potentiel hydraulique et forte croissance de l’éolien

Malgré une puissance installée s’élevant à 4.988 MW, les autorités portugaises estiment que le potentiel hydraulique du pays n’est exploité qu’à 46%, et se fixent l’objectif des 7.000 MW à l’horizon 2020.  Un complexe hydraulique, comprenant 2 barrages de 140 MW et 31 MW, devrait voir le jour en 2014.

Entre 2001 et 2011, c’est l’augmentation de la part de l’éolien dans le mix électrique portugais qui fut la plus importante… Sur cette décennie, le taux de croissance annuel moyen de la filière éolienne s’élève à 42,9%. Avec 4.291 MW en puissance installée, l’éolien a fourni 9,2 TWh au cours de l’année 2010. C’est une politique de tarifs d’achats avantageux qui a favorisé le développement de cette filière.

Cependant, la crise à contraint le gouvernement à suspendre cette politique. Le rythme d’installation de nouvelles fermes devrait donc faiblir, les autorités ont d’ailleurs décidé d’abaisser à 5.300 MW leur objectif 2020 en puissance installée pour la filière éolienne, au lieu des 6.950 MW initialement prévus.

Développement du photovoltaïque et stagnation du géothermique

La production d’électricité à partir de la biomasse était de 2,9 TWh en 2011. Malgré une légère part du biogaz, cette énergie est essentiellement centrée sur le bois, et représente 5,6% du mix électrique portugais.

Avec un taux de croissance annuel moyen de 74,7% entre 2001 et 2011, le solaire photovoltaïque s’insère dans le mix énergétique national. La production en 2011 s’élève à 265 GWh pour une puissance installée de 143,6 MW. Malgré ces chiffres, la filière solaire ne représente que 0,5% de l’électricité produite au Portugal.

La filière géothermique portugaise, qui se résume aux installations de San Miguel dans les Açores stagne depuis 2007. Avec 26 MW de puissance installée, et une moyenne de 200 GWh produit chaque année, la géothermie représente 0,4% de l’électricité produite au Portugal.

2 réactions sur Le mix électrique du Portugal

  1. Comme il est toujours bon de comparer avec d’autres pays et sur une période de plusieurs années, voici ce que l’on peut constater.

    http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

    Certains pays ont beaucoup progressé pour l’utilisation des énergies renouvelables dans l’électricité en une dizaine d’années, mais pas la France où les freins sont nombreux.

  2. bonjour,
    pour info:

    la compagnie des trois gorges en chine a pris possession de l’EDP (electricité du portugal)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>