Le parc électronucléaire chinois

En Chine, 80 % de la production électrique est assurée par du combustible fossile. Dans le cadre de sa modernisation économique et d’une dépendance moindre aux marchés des énergies fossiles, la Chine s’est engagée dans un immense plan de construction de centrales nucléaires qui s’ajouteront aux 14 réacteurs déjà en service, ces derniers ne produisant que 1,82 % de l’électricité chinoise.

La Chine disposait en novembre 2011 de 14 réacteurs nucléaires répartis sur 4 centrales nucléaires. Selon le rapport Nuclear Power Reactors in the World de l’AIEA faisant état du parc électronucléaire mondial au 31 décembre 2010, les 13 réacteurs chinois alors en service (un quatorzième a été mis en service en août 2011) totalisaient une puissance 10058 MWe et produisaient 1,82 % du total de l’électricité chinoise, ce qui est peu. Pour information, la France disposait à cette même date de 58 réacteurs nucléaires totalisant une puissance de 63130 MWe et couvrant 74 % de la production électrique nationale.

Le programme nucléaire chinois démarre dans les années 1950. Sa vocation est alors militaire et conduit la Chine à réaliser son premier essai nucléaire en 1964. Le volet civil de ce programme ne démarre quand 1991.

Sans tenir compte des 25 réacteurs nucléaires actuellement en construction, les 14 réacteurs chinois qui sont opérationnels se répartissent en quatre centrales nucléaires : Daya Bay et Lingao au sud ; Qinshan et Tianwan à l’est.

Daya Bay

Située à Schenzen dans la province du Guangdong, la centrale nucléaire de Daya Bay est la plus ancienne du pays. Elle est composée de deux réacteurs à eau pressurisée mis en service en 1993 (Guandgong-1) et en 1994 (Guandgong-2) et délivrant chacun une puissance de 984 MWe.

Construits par Areva en partenariat avec EDF, les réacteurs de la centrale de Daya Bay sont gérés par la China Guangdong Nuclear Power Company, compagnie qui a également en charge la centrale voisine de Lingao.

Lingao

Située à 1 km de la centrale de Daya Bay, Lingao est composé de 4 réacteurs nucléaires à eau pressurisée. D’une puissance unitaire de 990 MWe, les deux premiers ont été mis en service en 2002 (Lingao-1) et 2003 (Lingao-2). Les deux derniers ont été mis en service en 2010 (Lingao-3) et en août 2011 (Lingao-4) et délivrent chacun une puissance de 1080 MWe.

Ces deux derniers réacteurs sont de type CPR-1000, une version chinoise améliorée des réacteurs d’Areva mis en service à Daya Bay ainsi qu’à Lingao avec les tranches 1 et 2. Dans le cadre d’une stratégie de remontée de filière, le CPR-1000 a été l’occasion pour la Chine de moderniser et construire sur son territoire la majorité des composants du réacteur français, à hauteur de 50 % des composants pour Lingao-3 et 70 % pour Lingao-4. Néanmoins, Areva reste partenaire et conserve les droits de propriété industrielle sur le CPR-1000, ce qui ne permet pas à la Chine d’exporter le réacteur.

Qinshan

Située à 125 km au sud de Shanghai, la centrale nucléaire de Qinshan est composée de 6 réacteurs nucléaires. Un premier (Qinshan 1) a été mis en service en 1994 et délivre une puissance de 310 MWe. Trois autres réacteurs délivrant une puissance unitaire de 650 MWe ont été mis en service en 2002 (Qinshan 2-1), 2004 (Qinshan 2-2) et 2010 (Qinshan 2-3). Enfin, deux réacteurs à eau lourde pressurisée – les seuls du parc électronucléaire chinois – ont été mis en service en 2002 (Qinshan 3-1) et 2003 (Qinshan 3-2) et délivrent chacun une puissance de 700 MWe.

Ces deux réacteurs à eau lourde pressurisée sont de type CANDU 6, une conception de la société canadienne Énergie Atomique du Canada Limitée. Pour la Chine, CANDU a l’intérêt de pouvoir utiliser d’autres cycles de combustible. Le réacteur peut ainsi être alimenté d’un combustible équivalant à de l’uranium naturel qui est obtenu en mélangeant de l’uranium appauvri avec de l’uranium récupéré sur les réacteurs à eau légère chinois avec de l’uranium appauvri.

Tianwan

Située sur le littoral de la mer Jaune à proximité de la ville de Lianyungang, la centrale nucléaire de Tianwan dispose de deux réacteurs à eau légère pressurisée de conception russe. D’une puissance de 1000 MWe chacun, ils ont été mis en service en 2007 (Tianwan-1 et Tianwan-2).

Plus grand projet économique sino-russe, la centrale de Tianwan a permis d’augmenter la production électronucléaire chinoise de 30 %.

4 réactions sur Le parc électronucléaire chinois

  1. Le réacteur chinois mis en service en juillet/août est un petit réacteur expérimental de 20 MW … pas de quoi fouetter un chat ! C’est 50 fois moins qu’un réacteur habituel.

    Pour en savoir plus sur les réacteurs qui seront mis en service dans le monde au cours des prochaines années :
    http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm (Les réacteurs mis service de 2011 à 2015)

    Mais en réalité, le programme a pris du retard, avec moins de 2.500 MW en 2011, sauf si d’autres sont connectés le 31 décembre …

    Sans avoir le détail pour la Chine, on peut avoir cette comparaison entre éolien, solaire et nucléaire :
    http://energeia.voila.net/electri/electri_compar_2015.htm

    La production d’électricité par les nouvelles réalisations éoliennes ou solaire sera supérieure à celle des nouvelles réalisations nucléaires.

    Mais il me semble avoir vu que ce serait aussi le cas pour la Chine d’ici 2015 et encore plus pour 2020.

  2. Le réacteur chinois mis en service en juillet/août est un petit réacteur expérimental de 20 MW … pas de quoi fouetter un chat ! C’est 50 fois moins qu’un réacteur habituel.

    Pour en savoir plus sur les réacteurs qui seront mis en service dans le monde au cours des prochaines années :
    http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm (Les réacteurs mis service de 2011 à 2015)

    Mais en réalité, le programme a pris du retard, avec moins de 2.500 MW en 2011, sauf si d’autres sont connectés le 31 décembre …

  3. Sans avoir le détail pour la Chine, on peut avoir cette comparaison entre éolien, solaire et nucléaire :
    http://energeia.voila.net/electri/electri_compar_2015.htm

    La production d’électricité par les nouvelles réalisations éoliennes ou solaire sera supérieure à celle des nouvelles réalisations nucléaires.

    Mais il me semble avoir vu que ce serait aussi le cas pour la Chine d’ici 2015 et encore plus pour 2020.

  4. Pingback: EPR : le point sur les exportations | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>