Le programme solaire Europe-Afrique va bientôt voir le jour


L’Europe fait le pari de l’énergie solaire au Maghreb.  Aujourd’hui, un accord de coopération a été signé entre deux projets phares: Medgrid, responsable de réaliser les interconnexions sous-marines entre les continents européen et africain, et Desertec, chargé de la production d’électricité renouvelable – solaire surtout – au sud de la Méditerranée.

«D’un côté, la production d’énergie, de l’autre, son transport : nous avions naturellement vocation à converger, notre projet commun s’inscrit pleinement dans le cadre des échanges Nord-Sud, avec une parfaite récipro­cité.» a commenté André Merlin,  président de Medgrid, à la signature de l’accord en présence de Paul Van Son, son alter ego chez Desertec, Éric Besson, le ministre français de l’Industrie, et Jochen Homann, son homologue allemand.

Le projet Desertec repose sur le principe que chaque km2 de désert reçoit annuellement « une énergie solaire équivalent à 1,5 million de barils de pétrole. La surface totale des déserts sur la planète entière fournirait plusieurs centaines de fois l’énergie utilisée actuellement dans le monde » ; couvrir 0,3% des 40 millions de km2 de déserts de la planète en centrales thermiques permettrait de couvrir les besoins électriques de la planète en 2009 (environ 18 000 TWh/an).

«Vendre leurs kilowattheures à un bon prix aux Européens permet par la suite de faire baisser le prix du courant sur le marché intérieur», explique Cédric Philibert, chargé de l’énergie solaire à l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Desertec a été créé en 2009 et compte de nombreux groupes allemands parmi ses actionnaires comme Siemens, E.ON ou la Deutsche Bank. Le premier projet devrait étendre des miroirs paraboliques sur 12 kilomètres carrés, près de Ouarzazate (Maroc) d’une puissance de 500 mégawatts.

Ces centrales ne seront pas photovoltaïques mais à concentration thermique qui ont le gros avantage de stocker l’énergie et donc de fournir du courant même la nuit ou par temps couvert, et surtout à la demande.

Medgrid est ancré dans le Plan solaire méditerranéen (PSM) développé par l’Union pour la Méditerranée (UpM) et vise à évaluer la faisabilité d’un réseau électrique permettant d’acheminer vers le nord une partie de l’énergie solaire ou éolienne produite au sud. Vingt entreprises, à majorité française, le soutiennent et, parmi elles, Alstom, Areva, EDF, Nexans mais également l’Office National de l’Electricité du Maroc (ONE), l’espagnol Red Electrica et l’allemand Siemens.

L’objectif global du projet de plusieurs milliards d’euros est de répondre à 15% de la demande européenne en électricité à l’horizon 2050. Le réseau d’interconnexions doit commencer à fonctionner à partir de 2020.

Une réaction sur Le programme solaire Europe-Afrique va bientôt voir le jour

  1. Pingback: Qu'est ce que le Plan Solaire Méditerranéen ? | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>