Que devient le combustible usé français ?


Le combustible nucléaire est le produit qui fournit l’énergie dans le cœur d’un réacteur nucléaire en entretenant la réaction nucléaire en chaîne de fission nucléaire. Il contient des matières fissiles comme l’uranium ou le plutonium qui peuvent ensuite être en partie retraitées. Que devient le combustible usé français ?

La France a 58 réacteurs nucléaires. Parmi eux, 2 fonctionnent avec de l’uranium recyclé, 20 fonctionnent au MOX et les autres à l’uranium enrichi. Ces réacteurs produisent chaque année environ 850 tonnes de combustible usé à retraiter. EDF stocke également 300 tonnes de combustible usé supplémentaires chaque année dans des piscines pour les refroidir.

 

 

Le retraitement à La Hague (Manche)

L’usine de retraitement sépare les matières radioactives sous trois formes. 810 tonnes (soit 95%) deviennent de l’uranium de retraitement. 31, 5 tonnes (4%) des déchets ultimes qui sont inutilisables, hautement radioactifs et doivent être enfouis. Un laboratoire étudie actuellement la possibilité de les stocker dans le sous-sol de la Meuse.

8,5 tonnes (1%) deviennent du plutonium qui sera ensuite transformé en un nouveau combustible, le MOX, constitué de 7% de plutonium et d’uranium appauvri.

 

L’entreposage à Pierrelatte (Drôme)

EDF conserve 690 tonnes d’uranium de retraitement, soit 85%, à Pierrelatte. La part restante (environ 15% – soit 120 tonnes) est envoyée en Russie afin d’être réenrichie.

 

Le réenrichissement à Tomsk (Sibérie)

12 tonnes, donc 10%, de cet uranium de retraitement se recyclent et sont ensuite réinjectées dans le parc nucléaire français, soit 1,4% du combustible usé d’origine. 90% (108 tonnes) reste sur le site de Tomsk-7 (Sibérie). Cet uranium très appauvri, appelé « queues d’uranium », devient la propriété de l’entreprise russe Tenex qui se charge de le stocker.

Selon EDF, ces queues d’uranium devraient constituer le combustible naturel des réacteurs nucléaires de quatrième génération qui devraient voir le jour vers 2040.

 

 

Une réaction sur Que devient le combustible usé français ?

  1. Quelques imprécisions et données pas à jour:
    - EDF fait traiter un peu plus de 1000 tonnes de combustibles chaque année (pas 850), sur les quelques 1200 qui sortent chaque année des centrales
    - EDF recycle aujourd’hui à peu près 600 tonnes d’uranium de retraitement par an (pas 120), et utilise pour cela les 4 réacteurs de Cruas (pas 2).

    « 10% de cet uranium de retraitement se recyclent »: la formulation prête à confusion. 100% de cet uranium de retraitement est réutilisé dans les étapes de fabrication des combustibles (où une tonne d’uranium de retraitement remplace/économise à peu près une tonne d’uranium naturelle, soit environ 600 tonnes par an). De même que pour l’uranium naturel, cela passe par une étape d’enrichissement. Pour produire une tonne d’uranium enrichi, il faut à peu près 8 tonnes d’uranium naturel ou de retraitement.

    « 1,4% du combustible usé d’origine »: Là aussi, au-delà des chiffres à mettre à jour, cela prête à confusion. Si l’on parle des tonnes récupérées au traitement, c’est 96% de ce qui est traité. Si on parle des tonnes réutilisées, c’est environ 60% de l’uranium (60%*95% de la masse traitée) plus 100% du plutonium (100%*1% de la masse traitée). Si l’on parle des tonnes remises dans des réacteurs, c’est l’uranium enrichi (1/8*60%*95% de la masse traitée) plus le plutonium (100%*1%), auquel il conviendrait d’ajouter les tonnes d’uranium appauvri réutilisé dans le MOX (11*100%*1%).
    La comparaison la plus directe et à mon sens la meilleure, c’est la part de ces matières récupérées dans la production d’énergie nucléaire, soit environ 15% (=15% d’économie sur les ressources d’uranium naturel). En réutilisant tout, ce pourrait être entre 20 et 25%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>