Le prix de l’électricité en France, dans l’UE et dans le monde

Le prix de l’électricité présente de larges disparités au niveau européen et mondial. La France peut se targuer de produire, avec la Finlande, l’électricité la moins chère de l’Union Européenne. Dans le monde, les grands pays disposant d’importantes ressources d’énergies fossiles proposent une électricité très bon marché. A contrario, dans la plupart des pays en développement, l’électricité est loin d’être démocratisée.

Dans l’hexagone, le prix de l’électricité est de 8 centimes/KWh pour les entreprises (moyenne européenne : 11 centimes/KWh).

Pour les particuliers, le prix moyen en France (chiffres 2010) est de 11,91 centimes/KWh, soit largement inférieur à la moyenne de l’UE, 17,77 centimes/KWh.

Quelques pays comme la Roumanie et la Bulgarie proposent une électricité moins chère aux particuliers, mais elle revient plus chère une fois ramenée au pouvoir d’achat.

En France, l’électricité est en moyenne 27% moins chère pour les entreprises et 39% moins chère pour les ménages que dans le reste de l’UE. Dans l’Union, seul la Finlande propose des tarifs plus avantageux.

En Europe l’électricité est la plus chère en Italie (23,95 centimes) en Allemagne (23, 60) et au Danemark (24, 73 centimes/KWh pout les particuliers).

On observe néanmoins une évolution des disparités. Selon la tendance actuelle, l’électricité baissent généralement dans les pays où elle est le plus chère et augmentent dans les pays où elle est bon marché (dans l’UE, l’écart type est passé de 32% à 29% pour les ménages entre 2009 et 2010, et de 18% à 15% pour les entreprises).

En 2010, le prix de l’électricité est stable pour les entreprises au sein de l’UE, et il a augmenté de 2% pour les ménages. En France, l’augmentation sur la même période s’élève à 4% (ménages et entreprises).

Le prix de l’électricité dans le monde :

Aux États-Unis le prix de l’électricité varie beaucoup suivant les états (de moins de 6 centimes d’euros à plus de dix centimes/KWh), mais il est globalement assez bas.

L’électricité est très bon marché au Canada, en Russie et en Australie, des pays qui disposent de très importantes réserves énergétiques.

Dans la plupart des pays en voie de développement, l’électricité est encore un luxe et reste extrêmement chère rapportée au niveau de vie pour les gens qui y ont accès. Elle est par exemple extrêmement chère dans des pays comme le Gabon (70 centimes/KWh en hiver) ou à Djibouti (53centimes/KWh). Inversement elle est bon marché au Maroc et en Tunisie (6 centimes/KWh).

Les facteurs de variations du prix de l’électricité :

Malgré une taxation relativement importante, le prix avantageux de l’électricité en France est en grande partie lié à son important parc nucléaire et au développement de l’énergie hydraulique, deux sources d’énergie dont le coût de production est faible.

D’une manière générale, le prix de l’électricité est généralement plus bas dans les pays ou le nucléaire occupe une part importante dans le mix énergétique, la France donc, mais aussi la Suède la Slovénie ou la Slovaquie.

Au contraire, elle est souvent chère dans pays sans parc nucléaire comme l’Italie, même si certains pays sans nucléaire proposent une électricité bon marché, comme l’Estonie et la Lituanie.

Le coût de production n’est pas le seul élément qui influe sur le prix de l’électricité pour le consommateur, qu’il soit un particulier ou une entreprise.

Il faut également prendre en compte le coût du transport de l’électricité, le coût de commercialisation et les taxes, qui varient beaucoup suivant les pays.

Le prix de l’électricité varie selon les saisons et les heures de la journée. Pendant les périodes de consommation de pointes, notamment en hiver, l’électricité est plus chère à produire car il faut recourir à des moyens de production d’appoint comme les centrales thermiques au fioul et au gaz.

L’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité (en France depuis 1er juillet 2007) a également eu un impact sur le prix de l’électricité.
On distingue maintenant un marché régulé, pour lequel l’augmentation du prix de l’électricité fixé par l’Etat, et un marché dérégulé sur lequel l’opérateur historique est mis en concurrence.

Sur le marché dérégulé, le prix n’est pas réglementé. L’offre peut être donc plus avantageuse que dans le système régulé, mais les variations de prix ne sont pas encadrées et peuvent être importantes.

L’ouverture du marché à la concurrence ne bénéficie pas toujours au consommateur. On pense à l’exemple de la Californie où la déréglementation du marché a entraîné une explosion des prix.

4 réactions sur Le prix de l’électricité en France, dans l’UE et dans le monde

  1. Pingback: Part du nucléaire dans le mix électrique et prix de l'électricité | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

  2. Attention, les prix toutes taxes comprises ne sont pas une mesure du coût de production de l’électricité. Les taxes varient d’une façon considérable d’un pays à l’autre, de 10% à 100% (prix H.T. doublé).

    Comparer ici les prix HT et TTC : http://energeia.voila.net/electri/taux_nucle_prix.htm

    L’électricité (coût de production) est la plus chère en Belgique (51% nucléaire), en Slovaquie (52% nucléaire) malgré un niveau de vie bien plus faible, … et parmi les moins chères au Portugal (pas de nucléaire), en Grèce (pas de nucléaire) …

    L’électricité est très chère au Maroc et en Tunisie en tenant compte du niveau de vie, très inférieur à celui de la France.

  3. Pingback: Débat sur les gaz de schiste de l'institut Montaigne

  4. Petit bémol cependant chez nos amis portugais et grecques, ils produisent énormément avec du charbon et du gaz naturel. Donc le bilan énergétique/écologique est très mauvais.

    En tout cas, j’ai bondi de ma chaise quand j’ai vu certaines taxes appliquées sur l’énergie…notamment celle du Danemark ! Ça deviendrait presque rentable de pédaler pour s’éclairer chez eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>