Eolienne offshore : profiter de la force des vents marins

L’éolienne offshore ou éolienne en mer permet de profiter de la force des vents marins pour la production d’électricité. Ces vingt dernières années le principe de éolienne offshore, apparu au Danemark en 1991, s’est surtout développé en Europe du nord. Mais peu à peu, d’autres pays, dont la France ont pris conscience de son potentiel et les projets se multiplient. Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, 600 éoliennes réparties sur cinq sites seront créées d’ici 2020. 

Une éolienne off-shore, en français une éolienne en mer, fonctionne exactement sur le même principe qu’une éolienne terrestre. La force du vent actionne une turbine qui permet de produire de l’électricité non polluante.

L’environnement maritime permet de mieux exploiter la force des vents, puisque les vents marins sont plus puissants et plus réguliers que les vents terrestres.

Les éoliennes offshore ont donc un rendement supérieur à une éolienne terrestre : une éolienne de 5 MW permet de produire 15 GWh d’électricité par an.

Le coût d’installation et d’exploitation est plus important que celui d’une éolienne terrestre (0,14 $ contre 0,08 $), même si l’énergie éolienne reste l’une des énergies les moins chère à produire, après l’hydraulique.

Surcoût lié au matériel

Ce surplus de coût s’explique en raison de la qualité du matériel utilisé pour les éoliennes de ce type : en mer, les mats doivent pouvoir résister à la force du courant et des vagues, et la structure doit être capable de résister à la corrosion. De plus il faut relier la turbine au continent par des câbles sous-marins.

Même si certains prototypes sont flottants, l’éolienne offshore est généralement fixée au fond marin, à quelques kilomètres du rivage.

L’éolien offshore ne représente pour l’instant qu’1 ,5% de la production éolienne mondiale, mais de nombreux projets sont en cours dans le monde.

L’énergie éolienne offshore dispose d’un fort potentiel sur la façade Atlantique de l’Europe, notamment au Royaume-Uni, numéro un  mondial,  en France et en Espagne.

Première éolienne offshore en 1991 au Danemark

Le premier pays à avoir expérimenté les éoliennes offshore  est le Danemark, en 1991. La majorité des parcs éoliens offshores, se trouvent en Europe, au Royaume Unis et aux Danemark pour la plupart. Au total, il y a une quarantaine de parcs en Europe du nord.

Depuis 2010, il existe un parc en Chine, le premier hors Europe. Le Donghai Bridge Wind Farm a une production de 102 MW. Des projets de grande importance sont en cours de réalisation aux États-Unis et en Chine.

Même si Areva dispose déjà d’un parc de six éoliennes de 5MW en mer du nord dans le cadre d’une phase de test, la France ne possède pas pour l’instant de parc éolien offshore produisant de l’électricité.

Mais l’éolien offshore est voué à un se développer rapidement en France, et il occupera une part significative dans la réalisation des objectifs du Grenelle de l’environnement, à savoir 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique française en 2020.

A cette date, la France disposera d’une puissance de 6000 MW,  soit 1200 éoliennes offshore qui représenteront 3 ,5% de la consommation française d’électricité.

Ce marché représente un enjeu considérable pour les industriels qui se mobilisent pour répondre au premier appel d’offres lancé en juillet par le gouvernement.

La première phase porte sur 600 éoliennes dont la puissance totale, 3000 MW, correspondra à celles de deux réacteurs nucléaires de type EPR.

Les éoliennes seront reparties sur cinq sites : Dieppe-Le Tréport et Fécamp en Seine-Maritime, Courseulles-sur-Mer dans le Calvados, Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor et Saint-Nazaire en Loire-Atlantique.

La création des parcs français devrait permettre la création de 10.000 emplois.

 

3 réactions sur Eolienne offshore : profiter de la force des vents marins

  1. Pingback: 1200 éoliennes off-shore d'ici 2020 : un projet colossal | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

  2. Pingback: Eolien offshore : 800 emplois au Havre créés par Alstom-EDF | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

  3. Pingback: Eolien offshore : 15.000 MW à l’horizon 2030 selon le SER | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>