Electricité : les chiffres du mix énergétique français

En France, le mix électrique est largement dominé par l’énergie nucléaire,  et ce depuis les années soixante-dix. Encore faible, la part des énergies renouvelables (hors hydraulique) devrait s’accroître dans les années à venir.

Le mix énergétique ou bouquet énergétique français est la proportion de chaque source d’énergie dans  la production totale d’électricité.

En France, sachant que la production totale d’électricité est  de 550 TWh par an (près de 3% de la production mondiale), le mix énergétique est réparti ainsi : 74% de l’électricité produite provient du nucléaire, 12% provient de l’hydraulique, 11% provient du thermique et un peu moins de 3% provient des énergies renouvelables.

Ces deux dernières catégories regroupent plusieurs types de production. Au sein de l’énergie thermique, on distingue les centrales au gaz (51% de l’électricité produite par le thermique), les centrales à charbon (32%) et celles au fioul (13%).

L’éolien représente 61% de l’électricité produites à partie d’énergie renouvelables, le photovoltaïque 4%.

Le module éCO2mix de RTE permet de présenter en temps quasi-réel, quart d’heure par quart d’heure, la répartition du mix énergétique français (Il donne également les chiffres de la consommation d’électricité, ainsi que l’estimation des émissions de CO2).

Le mix énergétique français se distingue largement du mix énergétique mondial. Alors que 68% de la production électrique mondiale est assurée par le thermique et les énergies fossiles (très majoritairement le charbon), la France a misé massivement sur le nucléaire depuis les années 70.

Après le choc pétrolier de 1973, le nucléaire a permis à la France d’assurer son indépendance énergétique, tout en permettant de réduire la part des énergies fossiles polluantes comme le charbon.

En contrepartie, la France, deuxième producteur mondiale de nucléaire, est de loin le pays le plus dépendant de cette source d’énergie. Aux États-Unis et au Japon, respectivement premier et troisième producteur mondial, la part du nucléaire est inférieure à 30% dans le mix énergétique national.

Le mix énergétique français n’est cependant pas figé et devrait évoluer avec le développement des énergies renouvelables.

Si elles représentent encore moins de 3% de la production électrique française, les énergies renouvelables sont en plein essor, à l’image de l’éolien qui a connu une progression de 22% en 2009.

Au sommet de Copenhague, la France et les pays de l’Union Européenne se sont engagés à réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre avant 2020. L’objectif de ces pays est d’arriver à 20% d’énergie renouvelables dans la consommation totale d’énergie à l’horizon 2022.

La part du gaz, énergie fossile la moins polluante devrait également connaître une progression dans le mix énergétique français, via la construction de centrales thermiques modernes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>