L’hydroélectricité au Québec

L’hydroélectricité a joué au Québec un rôle fondamental pour la viabilité économique de la province. Son parc de production hydroélectrique représente près de 47 500 MW produisant 97 % de l’électricité québécoise. Très ancrée dans la conscience de la province, l’hydroélectricité est au coeur de la stratégie énergétique du Québec.

Avec 60 centrales hydroélectriques, le Québec dispose d’une électricité à 97 % d’origine hydrolique. Premier producteur au Canada de cette énergie, le Québec dispose de la plus grosse centrale hydroélectrique au monde. Située dans le nord du Québec, la centrale Robert-Bourassa est composée de 16 groupes turbine-alternateur totalisant une puissance de 5 628 MW.

Bien que le Québec ait aussi recours aux énergies éoliennes et fossiles (pétrole et gaz naturel), l’hydroélectricité semble constitutive de la conscience québécoise. Le fait que la société d’État chargée de produire, transporter et distribuer l’électricitité au Québec s’appelle « Hydro-Québec » est symptomatique de cette place accordée à l’hydroélectricité.

Le patrimoine hydroélectrique québécois est d’abord symbolisé par la conquête de l’Homme sur les immenses espaces naturels de la province. Le Québec est drainé par 180 000 km2 d’eau douce de surface, soit quelque 500 000 lacs et 4 500 rivières recouvrant 12 % du territoire. Les ressources hydrographiques sont donc immenses, auxquelles s’ajoutent d’importantes réserves d’eau douce souterraine dans les nappes phréatiques.

Ce patrimoine hydroélectrique s’illustre également dans l’histoire d’une province qui, jusque dans les années 1960, présentait des disparités économiques et sociales fortes avec le reste du Canada. Or l’hydroélectricité a représenté un vecteur de développement économique pour le Québec, particulièrement pour les secteurs forestier et métallurgique.

Des nos jours, l’hydroélectricité est toujours une force économique pour les Québécois qui bénéficient d’un avantage tarifaire en maîtrisant cette énergie. D’autre part, l’hydroélectricité a placé le Québec comme un acteur majeur du marché d’exportation nord-américain. En 2009, près de 70 % des exportations d’électricité ont été dirigées vers les États-Unis, le reste étant dirigé vers d’autres provinces canadiennes.

Il est donc logique que la stratégie énergétique 2006-2015 du Québec accorde une large place à l’hydroélectricité. Dans le cadre de sa « stratégique de relance et d’accélération » de l’hydroélectricité, le Québec a ouvert des projets représentant 4 500 MW en plus des 47 500 MW déjà disponibles. Le Québec dispose par ailleurs d’un potentiel de développement hydroélectrique immense avec des ressources non développées évaluées à 45 000 MW.

2 réactions sur L’hydroélectricité au Québec

  1. Pingback: Mix électrique du Canada : le renouvelable majoritaire | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

  2. Pingback: Robert Bourassa : le plus grand site hydroélectrique nord américain | L'ENERGEEK : l'énergie facile en quelques clics !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>