Peut-on faire baisser la consommation d’électricité ?

Pour réduire notre dépendance énergétique, les économies d’énergie pourraient être une piste très intéressante. Qu’est-ce qui apparaît réaliste et raisonnable ?

Depuis 1945, le consommation électrique n’a jamais décru, sauf en 2008 et 2009 à cause du global crédit crunch. Contrairement à la consommation de carburants, la consommation d’électricité n’a pas baissé lors des autres crises économiques, comme les deux chocs pétroliers ou le lundi noir.

Comment peut-on faire baisser la consommation d’électricité ? A priori, soit en la rationnant, soit en augmentant son prix. Dans les deux cas, cela équivaudrait à une cartellisation, ce qui n’est pas forcément souhaitable.

Concernant les carburants, on assiste à une baisse significative de la consommation à partir d’une augmentation des prix d’une dizaine de %. Pour l’électricité, le facteur de hausse devrait être supérieur.

Les coûts d’évitement seront très élevés. Par exemple, si un réfrigérateur efficace permet d’économiser 30 kWh sur l’année par rapport à un frigo moins efficace, et coûte 100 euros, choisir l’efficacité signifie payer 100 euros pour économiser 300 kWh sur dix ans. Cela signifie 30 centimes par kWh évité, et il faut donc une multiplication du prix du kWh par 4 pour que cela soit rentable.

Pour le chauffage, un coût de rénovation lourde de 500 euros par m2 par exemple permet de gagner de l’ordre de 50 kWh électriques par m2 et par an. Si on raisonne sur 40 ans, on paye donc 500 pour économiser environ 2000 kWh, soit 25 centimes par kWh évité.

On voit donc que dès qu’il faut investir pour éviter de consommer, le coût d’évitement se traduit par une hausse très forte du prix de l’électricité.

De plus, d’autres conséquences pourraient suivre. Le prix du gaz augmenterait à cause de tensions sur l’approvisionnement, de même que le prix du carburant.

Si l’on veut, en plus, se débarrasser de 2/3 du pétrole, du charbon et du gaz mondiaux afin de rester sous les 2°C de hausse de la température globale, il semble particulièrement difficile de compter sur les économies d’électricité.

Bien sûr, des pistes sont à explorer dans le domaine des bâtiments sobres énergiquement. Cependant, n’en déplaise aux anti-nucléaire, les économies d’énergie n’offrent pas de marge de manoeuvre suffisante, ou, en tout cas, peu coûteux pour les consommateurs.

 

Une réaction sur Peut-on faire baisser la consommation d’électricité ?

  1. Je pense que poser ainsi la question conduit les antinucléaires (dont je ne fais pas partie) à crier « hou, le vilain lobby ».

    Il me semble qu’il vaut mieux entrer par le biais du CO2: comment baisser les émissions de CO2?
    – En réduisant l’énergie consommée
    – En diminuant le poids carbone de ces énergies

    On en vient alors à la conclusion qu’il faut diminuer les consommations d’énergies fossiles (y compris pour la production d’électricité!) au profit de la biomasse et de l’électricité non carbonée (nucléaire et ENR dont hydraulique)

    voir sur ce sujet les analyses de J.M Jancovici

    Bravo en tout cas pour votre blog

    Bien cordialement

    Pierre-Yves Lochet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>