Centrale de Fessenheim : le point sur les visites décennales

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a émis lundi 4 juillet un avis favorable à l’exploitation du réacteur numéro un de la centrale de Fessenheim pour dix années supplémentaires. Cette autorisation a été accordée au terme d’une « visite décennale ». Retour sur cette procédure phare de la sûreté nucléaire.

L’autorisation d’exploitation délivrée par l’ASN pour Fessenheim a été accordée au terme d’une « visite décennale ». Conduite tous les dix ans conformément à la loi du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (loi TSN), cette visite constitue une étape phare du cycle de vie d’une centrale nucléaire.

À l’occasion d’un arrêt de tranche, l’exploitant – en l’occurrence EDF – réalise un contrôle technique de l’ensemble des installations, notamment la cuve, l’enceinte de confinement et le circuit primaire. Réalisée sous le contrôle de l’ASN, cette visite se présente comme un réexamen de sûreté durant lequel l’équipe de contrôle va actualiser l’appréciation des risques que l’installation présente et définir les modifications matérielles qui permettront de traiter les écarts éventuels de conformité.

La visite décennale prend fin avec la remise au gouvernement d’un rapport de réexamen qui comprend les modifications envisagées et l’avis de l’ASN. C’est sur la base de ces documents que le gouvernement prend sa décision finale. Le gouvernement devra notamment se prononcer sur la durée de vie des centrales nucléaires.

Commencées en 2009 avec les centrales de Tricastin (Drône) et de Fessenheim (Haut-Rhin), les  3ème visites décennales seront en effet l’occasion pour le gouvernement de déterminer si le parc nucléaire français sera exploité au-delà de quarante ans. Favorable à cette option, EDF s’est engagé dans un vaste programme d’investissements destiné à moderniser ses installations et à renforcer leur sûreté.

Dans ce contexte, les réacteurs nucléaires sont non seulement examinés au regard du cadre réglementaire qui leur est applicable, mais également en tenant compte des objectifs applicables aux nouveaux réacteurs EPR. Cette démarche, cohérente avec les procédures de la Western European Nuclear Regulators’ Association (WENRA), tend ainsi à une harmonisation des normes de contrôle et de sûreté à l’échelle européenne.

« Autorité administrative indépendance » aussi bien des pouvoirs publics que des industriels, l’ASN assure au non de l’État une mission de « contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection » pour protéger les travailleurs, le public et l’environnement des risques liés aux activités nucléaires.

Une réaction sur Centrale de Fessenheim : le point sur les visites décennales

  1. Pingback: Fessenheim : centrale rescapée du rapport "post-Fukushima" | L'Energie d'avancer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>